Satin grenadine de Marie Desplechin

Quatrième de couverture :

Lucie est persuadée qu’au XXe siècle, les demoiselles de la bonne bourgeoisie parisienne auront le droit de courir toutes nues, d’aller à la messe en cheveux, de parler à table et même, qui sait ? de s’instruire et de ne pas se marier. À quoi bon vieillir, sinon ? Le problème, c’est que nous ne sommes qu’en 1885 et qu’à treize ans, la seule éducation qu’une jeune fille comme Lucie est censée recevoir consiste à savoir tenir une maison pour devenir une épouse accomplie. Hygiène, lessive, cuisine : Lucie est envoyée faire son apprentissage avec Annette, Fanny et Marceline. Si ses parents savaient… Il se passe parfois des choses étranges, dans les communs des maisons bourgeoises. Les domestiques peuvent s’y révèler plus passionnants et subversifs que des livres. On y fait des révolutions en secret. On y organise des expéditions aux Halles au petit matin, ce Ventre de Paris peint par Monsieur Zola d’où sortiront bientôt tant d’idées neuves, socialisme, anarchisme, féminisme…

Pourquoi ce livre ?

Pour le challenge Whoopsy Daisy. J’avoue ne traîner dans les rayons jeunesse de la bibliothèque que pour ce challenge !


Ma lecture :

Lucie est une petite fille au caractère bien trempé issue d’un milieu bourgeois.
Elle n’est considérée par ses parents que comme une fille qu’il faudra marier et dont l’éducation doit se résumer à savoir tenir une maison.
Mais c’est sans compter sa gouvernante qui a des idées progressistes et qui veut que Lucie soit cultivée. Celle- ci ne s’en plaint pas car elle veut voyager chez les sauvages et accessoirement porter du satin grenadine quand elle sera grande.
Marceline, la jeune femme chargée de l’éducation de Lucie, décide de lui apprendre à tenir une maison en lui faisant mettre la main à la pâte.

J’ai beaucoup aimé ce livre car Lucie est une petite fille attachante et vive, son ami du parc est un jeune homme charmant que j’imagine très bien (grâce à mes souvenirs de la comtesse de Segur entre autre) et les personnages secondaires sont savoureux (entre autre Fanny la petite bonne et Mme Sponze la couturière).
La différence de classe est très bien représentée de part les attentes pour l’avenir de chaque protagoniste et l’émergence des idées socialistes et féministes est bien décrite.

Un très bon livre

Ma note : 4/5

Publicités

3 réflexions sur “Satin grenadine de Marie Desplechin

  1. J’ai commencé à lire « comment cuisiner son mari à l’africaine ».
    Il y a aussi des recettes de cuisine 😉 J’adore !!
    Merci copiiiine !!!

    gros bisous,

  2. Pingback: « Satin grenadine  Marie Desplechin | «… Suspends ton vol …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s