La confusion des sentiments de Stefan Zweig

Quatrième de couverture :

Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l’aventure qui, plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué sa vie. A dix-neuf ans, il a été fascine par la personnalité d’un de ses professeurs ; l’admiration et la recherche inconsciente d’un Père font alors naître en lui un sentiment mêlé d’idolâtrie, de soumission et d’un amour presque morbide. Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l’auteur d’Amok et du Joueur d’Echecs restituait le trouble d’une passion et le malaise qu’elle engendre chez celui qui en est l’objet. Paru en 1927, ce récit bref et profond connut un succès fulgurant, en raison de la nouveauté audacieuse du sujet. Il demeure assurément l’un des chefs-d’œuvres du grand écrivain autrichien.


Pourquoi ce livre ?

Une recommandation de mon cher et tendre.


Ma lecture :

De prime abord, il m’a fait penser à Mme Bovary dans les descriptions des sentiments et sensations que ressentait le héros. Pour ma part, ce n’est pas un point positif car je me suis profondément ennuyée en lisant le livre de Flaubert.
Passé ce point, j’étais intriguée car je me demandais quand le héros allait découvrir le secret de son professeur, comment allait évoluer cette fascination car le héros souffre mille tortures à cause de cet homme.
La description de tous les changements d’humeur, de la fascination, de l’amour et la haine sont parfaitement retranscrits et j’ai partagé toute l’agitation du héros.
Ce livre me laissera un sentiment mitigé entre l’ennui et l’appréciation de la capacité qu’à eu l’auteur de me transmettre tout ces sentiments.

(pour les amateurs d’action et d’humour passer votre chemin ! ).

Un extrait :

« Mais ce qui enflammait de tel sorte mon zèle, c’était surtout l’amour propre, pour ne pas déchoir devant mon maître, ne pas décevoir sa confiance, pour obtenir de lui un sourire d’approbation et l’attacher à moi comme j’étais attaché à lui. » p 41

Ma note : 3/5


Publicités

3 réflexions sur “La confusion des sentiments de Stefan Zweig

  1. Coucou ma biche !
    j’ai vu dans ta liste de PAL que tu avais prévu de lire  » la petite fille de mr linh  »
    Ne l’achète pas, je l’ai lu et il est dans ma bibliothèque !! Je peux te le passer dès que tu le voudras !!

    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s