La lamentation du prépuce de Shalom Auslander

Quatrième de couverture :

Jeune époux et futur papa, Shalom pourrait être le plus heureux des hommes. Mais l’enfance peut commettre bien des ravages… Élevé dans la plus stricte orthodoxie juive, il en a gardé une vision très personnelle du  » Tout-Puissant  » et une paranoïa aiguë. Trente-cinq ans que cela dure. Trente-cinq ans d’une relation complexe, faite d’incompréhension et de pure terreur. Alors, à l’adolescence, Shalom s’est rebellé : gavage de hot dogs, lectures pornos… Et il a attendu, tremblant, le châtiment divin. Mais rien… Aujourd’hui, la grossesse de sa femme le laisse désemparé. Partagé entre son désir d’émancipation et sa peur maladive de Dieu, le voilà confronté à l’agonisante question : quel sort doit-il réserver au prépuce de son enfant ?

Pourquoi ce livre ?

La couverture est génial, non ? Et puis la quatrième de couverture est attractive.

Ma lecture :

Shalom est un petit garçon vivant dans une famille juive orthodoxe pratiquante.
A la maison, il y a deux éviers (un pour la viande, un pour les produits laitiers et il ne faut pas que les couverts servant à l’un servent à l’autre sinon ce n’est plus kascher), il doit mettre la kippa, faire le shabbat. Tout cela serait normal si il comprenait pourquoi sa famille qui doit s’aimer et se soutenir, se tape dessus à shabbat (qui est le jour le plus sacré de la semaine), que son père jure (interdiction de blasphémer selon la Torah), etc.
Si bien que Shalom décide de défier Dieu vu que sa famille enfreint les règles de la Torah pourquoi s’arrêter là. Il provoque Dieu pour voir sa réaction. Il commence à ne plus manger kascher en cachette, etc. Seulement Shalom a été éduqué dans une école très pratiquante et il vit avec le poids de toutes les règles qu’il bafoue et les sanctions qui viendront irrémédiablement avec. Il vit tout le temps dans la crainte des sanctions du Divin (il a tué mes parents pendant que j’étais en train de faire ceci, etc).

J’ai trouvé des passages de ce livre drôle car les remarques que fait Shalom à Dieu sont tordantes. Ce gamin a une logique bien particulière et surtout avec le poids de son éducation et son érudition religieuse son raisonnement est atypique.
D’un autre côté, je suis triste pour cet enfant car il montre bien la souffrance  d’avoir toujours peur d’une toute puissance et l’angoisse que ça entraîne d’enfreindre des lois qu’un enfant à gober car c’était son éducation.

Cet enfant, une fois adulte, s’est éloigné de sa religion et de sa famille, car pour lui ce n’était pas ça la vie. Sa famille pratiquante se déchirait, ils enfreignaient des lois mais soutenaient qu’il fallait être juif et pratiquant. Il s’est retrouvé avec un mode de vie qui ne lui correspondait pas et une pratique de la religion qu’il rejetait. Tout en étant pas libre car la peur de Dieu lui ayant été tellement bien inculqué qu’il n’est toujours pas libre au bout de dix ans de psychothérapie.

J’ai beaucoup aimé ce livre car il m’a fait réfléchir à ma vision de Dieu et à l’éducation que je donnerai à mon fils.
C’est un livre gai et drôle pour parler d’un sujet important.
Un bon livre !

Extrait :
Sa femme parlant au narrateur : « Ils t’ont vraiment niqué la tête, toi… »

Ma note : 5/5

Publicités

2 réflexions sur “La lamentation du prépuce de Shalom Auslander

  1. Tu peux arreter de lire des livres qui te plaisent à chaque fois , hein ? Parce que après tu me donnes envie de les lire et moi, je ne lis pas aussi vite que toi !!!

    Bisous ;-))))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s