Testament à l’anglaise de Jonathan Coe

Quatrième de couverture :

Tabitha Winshaw a 81 ans et elle est folle. Démence sénile ? Pas du tout. Elle a perdu l’esprit un soir de l’hiver 1942 quand son frère préféré, Godfrey, a été abattu par la DCA allemande au-dessus de Berlin. Le chagrin alors ? Ce n’est pas cela non plus. Elle est persuadée que la mort de Godfrey a été commanditée par son frère aîné, Lawrence, qu’elle déteste. Une folle dans la famille, l’aristocratie britannique en a vu d’autres. Mais voilà que Tabitha se mêle de commander à Michael Owen, un jeune homme dépressif, une histoire de la dynastie des Winshaw qui occupe tous les postes-clés dans l’Angleterre des années quatre-vingt. Il y a du jeu de massacre dans l’air d’autant que Tabitha n’est peut-être pas aussi folle qu’il y paraît. Cette cinglante satire de l’establishment, passionnante comme un polar et teintée d’un humour très british, quatrième roman d’un critique littéraire né en 1961, a valu à Jonathan Coe une renommée internationale et a obtenu en France le prix Femina étranger en 1995.

Pourquoi ce livre ?

Chroniqué sur de nombreux blogs, il m’a fait envie .

Ma lecture :

Ce livre est horrible. D’abord tout les protagonistes m’ont fait pitié ou dégouté (ou les deux d’ailleurs !).

Cette famille est pourrie jusqu’à la moelle, les enfants n’ont aucune valeur sauf celle de l’argent. Une belle brochette de personnages répugnants mais parfaitement adapté à notre société (fric, pouvoir, etc.).
Mickael Owen, l’écrivain embauché, est replié sur lui-même, ne met jamais les pieds à l’extérieur et se morfond devant la télé.
Ce livre est impressionnant par les différents ressorts qu’il présente : les différentes histoires des protagonistes, les flash-back, les magouilles pour le pouvoir, l’absence de moralité  puis à la fin, une histoire ressemblant aux dix petits nègres qui se termine en apothéose.

Ce livre m’a laissé admirative quand à sa forme et écoeurée devant des personnages répugnants.

Ma note : 4/5

Ils l’ont lu : 1001 pages, Leiloune, Chiffonnette, Yspaddaden.

Publicités

11 réflexions sur “Testament à l’anglaise de Jonathan Coe

  1. Superbe construction oui, ce livre est très maîtrisé et les personnages vraiment réussis, même s’ils écœurent plutôt qu’autre chose…

  2. Voici un billet qui éveille la curiosité ! Je n’ai lu qu’un livre de Coe, il y a longtemps… mais avant celui-ci je lirai « la pluie avant qu’elle tombe », je crois !

  3. C’est le premier que j’ai lu et que j’ai beaucoup apprécié ! C’est un roman foisonnant, parfois cocasse et bien écrit… j’ai d’autres Coe dans ma PAL qu’il me tarde de lire.

  4. Bonjour, il faudrait vraiment que je relise ce roman que j’avais adoré. Il m’a donné envie de lire d’autres romans de cet écrivain. Je recommande La pluie juste avant qu’elle tombe. Bonne fin d’après-midi.

  5. si tu as aimé celui là, tente « bienvenue au club » et « le cercle fermé.
    Ils sont tout à fait dans la même veine. perso mes préférés chez Coe!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s