L’étrangleur de Cater Street d’Anne Perry

Quatrième de couverture :

Suffragette avant l’heure, l’indomptable Charlotte Ellison contrarie les manières et codes victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o’clock.
Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s’étalent les faits divers les plus sordides.
Aussi bien le Londres des années 1880 n’a-t-il rien à envier à notre fin de siècle : le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie.
Dans cette nouvelle série  » victorienne « , la téméraire Charlotte n’hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard.
Charmante Sherlock Holmes en jupons, Charlotte a déjà séduit l’Angleterre et les Etats-Unis. La voici partie à l’assaut de l’Hexagone.

Ma lecture :

Autour de la rue Cater Street a lieu des meurtres sauvages. Des jeunes femmes sont tuées sans raison apparents. L’inspecteur Pitt va enquêter dans ce mlieu bourgeois qui se croit au dessus de tout soupçon et qui bien entendu, pense que les meurtriers et autres criminels ne dépassent pas certains quartiers.
Anne Perry dépeint férocement ce milieu bein-pensant où l’on sait tout juste la couleur des cheveux des bonnes et où l’on critique abondamment les moeurs des « petits-gens » en s’auto-félicitant de sa supériorité. Le pasteur en prend pour son grade également. Charlotte, l’héroïne de l’histoire, est une jeune femme avec un caractère bien trempé, qui va peu à peu ouvrir les yeux sur le monde et se rendre compte de l’hypocrisie du milieu dans lequel elle vit grâce à ses conversations avec l’inspecteur Pitt, le policier chargé de l’enquête.
L’histoire est trépidante, les personnages très très intéressants. Je suis surprise de la grande humanité de ce récit. Ce livre n’est pas qu’une enquête policière, c’est une description fine et pertinente de relations humaines, des liens qui se tissent, de fragilités des personnes.
C’est un très bon roman.

Ma note : 5/5

Ce livre rentre dans le challenge de Syl chez Thé, lectures et macarons (superbe challenge)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “L’étrangleur de Cater Street d’Anne Perry

  1. C’est ce que j’apprécie chez cet auteur, elle donne à ses personnages, le principaux, beaucoup d’humanité et de modernité. Ca permet de lire toute la noirceur des intrigues.
    Billet noté !

  2. ma chère Syl, ton challenge m’a rendu addict. J’en ai lu quatre en deux semaines et j’en ai quatre autres en attente de livraison. Comme je n’arrivais pas à me dire que j’en avais plu à lire, j’ai acheté le 1er de l’inspecteur Monk. Va falloir me désintoxiciter …

  3. Pingback: Le challenge Anne Perry | Thé, lectures et macarons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s