Premier mardi de Juin, c’est internet qui pervertit

Quatrième de couverture :

Pour le grand frisson, Kindra Hill préfère Internet aucun danger, pas de complications. Jusqu’au jour où elle accepte la proposition de son collègue Mack : il a douze heures pour lui prouver que l’amour est plus fort dans la réalité que dans le monde virtuel. Et la leçon commence… Si Jared Kincaid évite sa collaboratrice Candy Appleton, c’est parce qu’elle est trop sexy. Il ne tient pas à mêler boulot et plaisir. À son grand dam, son patron les inscrit à une séance de réconciliation conjugale en ligne! Face à un ordinateur, ils vont devoir obéir aux instructions du programme et livrer leurs secrets les intimes…Halley Connors est furieuse. Des petits malins ont trafiqué son site professionnelle où elle apparaît désormais sur la page d’accueil dans la plus simple appareil. Décidée à se venger, elle fait appel à son vieux copain Evan…sans se douter que leur amitié de dix ans va subir un sacré survoltage !

Ma lecture :

Première histoire : Kindra est une jeune femme discrète qui a eu que des mauvais amants et qui a choisi « la facilité » : la correspondance érotique par mail avec un inconnu. Sauf que le jour où elle lit un de ses mails discrètement au travail, un de ses collègues, Mack, la surprend. Celui-ci veut lui démontrer qu’en vrai, c’est mieux (en tout cas, avec lui).
Bien entendu, ils se plaisent parce que sinon ça marche pas ce genre de scénario. Bien entendu, il est beau, gentil, empathique et coquin. Bien entendu, elle est une petite chose fragile et discrète mais très belle (c’est important : elle est discrète car très belle et ne veut pas que tout le monde la reluque – pauvre Kindra). Ils vont utiliser les fameux scénarios des mails comme support pour une nuit torride.
Alors, c’est torride en effet, pas vulgaire. Je ne me souviens pas que l’auteure nous est fait une fixation sur la taille du phallus du monsieur donc, ma foi, tout va bien.
Histoire sympathique.

Deuxième histoire :

Jared doit collaborer avec Candice sur un projet publicitaire. Il est très froid avec elle car il veut garder une barrière le séparant de Candice qui est une ravissante blonde tout en courbe et talons hauts et qui aimerait bien que Jared s’occupe d’elle. Jared se méfie des relations de travail car après ça se termine par un licenciement pour tripatouillage au niveau de la photocopieuse(pas de la photocopieuse, hein, non d’une collègue) (je découvre que la vie de bureau, ce n’est pas tout simple). Mais v’latipas que leur patron décide que ce n’est pas possible d’avoir une relation aussi froide pour trouver un slogan et ils les enferme dans son bureau à remplir un questionnaire de comptatibilité de couple pour créer des liens. Et là, on est bien d’accord, l’histoire c’est n’importe quoi. Comme si un patron allait faire remplir un questionnaire sur la compatibilité de leur vie sexuelle par deux employés.
Pour résumer l’histoire vous trouverez dans cette nouvelle : Jared en train de regarder sous la jupe de Candice (mais avec classe et discrètement), des porte-jaretelles, un ordinateur qui bugge, un préservatif, un jeu de mot avec le prénom Candice.

Troisième histoire:
Je le dis de suite, c’est ma préférée. J’ai un petit faible pour les histoires amitié qui se transforme en partie de jambes en l’air endiablée.
Halley est traiteur. Elle consulte son site internet un beau matin et elle voit un photo montage d’elle nue. C’est la catastrophe, la ruine assurée. Elle court chez son ami Evan qui est informaticien et concepteur du site. Evan ne fait pas dans la finesse pour essayez de faire comprendre à Halley qu’il aimerait bien l’emmener au lit mais elle comprend rien. (C’est quand même important cette notion de l’héroïne qui comprend rien. D’habitude, ce sont les mecs qui sont bouchés et à qui il faut expliquer les choses quatre fois – quoique quand il s’agit de déshabiller l’héroïne ils sont rarement lents..). Tout ça pour dire que forcément, ils vont se rapprocher et que ça va être chaud. Le héros fait un peu trop une fixette sur l’appareil photo à mon goût mais bon,…
Je trouve que c’est un excellent opus de littérature qui vous « plonge dans un monde de sensualité » dixit la maison d’édition.
Les support multimédias sont largement utilisés (ordinateur, webcam, portable, appareil photo). C’est à se demander si Erin McCarthy n’avait pas une liste d’objets à placer.

Voici donc pour mon compte rendu de ma lecture licencieuse mais férocement moderne du Mardi, chez Stephie, c’est permis !

Publicités

8 réflexions sur “Premier mardi de Juin, c’est internet qui pervertit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s