Elizabeth Hoyt et la romance contemporaine

51ANfEmBGEL._Mme Julia Harper est Mme Elizabeth Hoyt. J’étais donc très curieuse de savoir si elle était aussi douée en contemporain qu’en historique.
Turner est une jeune femme, bibliothécaire la semaine, au guichet d’une banque le samedi. Ce samedi ne se passe pas comme les autres car il y a un hold-up. Elle profite de l’agitation du hold-up raté pour dérober le contenu du coffre-fort.
Le FBI est appelé à la rescousse et l’agent spécial John MacKinnon part à la poursuite de Turner.
L’histoire est sympathique à lire mais il ne faut pas être pointilleux ou amatrice de série policière. Les incohérences du roman pourraient complètement gâchées la lecture (comment elle peut continuer à téléphoner avec son mobile sans qu’ils la pistent par exemple ?).
Turner en jeune femme cherchant justice est une héroïne attachante. John s’entiche d’elle un peu trop rapidement à mon goût mais c’est également un personnage sympathique. Les 2 nases du hold-up sont assez drôles et qu’ils soient poursuivis par un agent BCBG du FBI est bien trouvé.
Donc un bon moment de lecture avec 2-3 passages chauds comme sait si bien faire cette auteure.
Je préfère largement les historiques de l’auteure tout de même.

Ma note : 3/5

Ce livre rentre dans le challenge objectif PAL : 3/12

92458024

Publicités

Un livre 5/5 pour Syl !

51RdJ+C+35L._Michel a 12 ans en 1959. Il traîne derrière son frère Franck, fait des parties de baby foot et passe  son temps à lire.
Il va faire  plusieurs rencontres décisives: celle du meilleur ami de son frère, Pierre, jeune homme extrémiste et attachant, de Cécile, petite amie de Franck, qui va être la figure féminine importante de son adolescence et des hommes du club des incorrigibles optimistes. L’histoire de chacun des hommes ayant fondé ce club est racontée, ce sont des hommes ayant fui leur pays (la Hongrie, la Russie) soit parce qu’ils étaient en danger de mort dufait de leurs engagements politiques, soit par amour. Chacun de part son histoire donne une morale à la vie de Michel spectateur de ces grands hommes et de leur parties d’échec.
 J’ai adoré ce livre. Déjà le contexte, la France lors de la guerre d’Algérie est une partie de l’histoire de France qui je connaissais mal. L’histoire du frère de Michel, Franck, est un fil conducteur du livre qui rend la lecture palpitante. Que la narration de la vie de Michel soit entrecoupée des histoires des différents membres du club est une très bonne idée.
Au fur et à mesure, brique par brique, on voit l’histoire se construire et les vies des hommes du club s’entrecoisées sous l’ombre de Kessel et Sartre.
Un roman que je vous recommande. Les 700 pages se lisent sans s’en rendre compte, j’en ai lu en marchant comme le héros !

Citations :
« Quand, quelques jours plus tard, j’ai expliqué à l’appariteur, un pion thésard, que mon retard était dû au suicide d’Anna Karenine, il a cru que je me foutais de lui. J’ai aggravé mon cas en avouant que je n’avais pas compris pour quel motif elle se suicidait. J’avais été obligé de revenir en arrière par peur d’en avoir manqué la raison. Il m’a collé pour deux jeudis ; un pour ce énième retard, l’autre parce que c’était une emmerdeuse qui ne méritait pas autant d’attention ». p 51

« Les maths s’est compliqué. Ce n’est pas parce qu’on apprend, qu’on comprend, et quand on ne comprend pas, on ne sait pas pourquoi. On m’a dit que je faisais un blocage psychologique.
– rien que ça.
– Il paraît que je n’en suis pas responsable.
– C’est la faute de qui alors ?
Mon père nous avait rejoints dans la cuisine avec une pile d’assiettes. J’ai failli répondre que c’était un problème d’autorité. Il était préférable de la fermer. Pour ne pas entrer dans des explications interminables. Les deux causes de mon blocage mathématique me dévisageaient et attendaient ma réponse. J’ai haussé les épaules. C’est l’inconvénient de la psychanalyse, quand on connaît l’origine du problème, ça ne le résout pas ». p125

« Notre incapacité à convaincre l’autre est la preuve absolue de l’utilité, en fonction de nos moyens, de l’insulte pleine de mépris, du coup de poing, du couteau affilé, du pistolet automatique, du bâton pde dynamite relié à un détonateur ou du porte-avion nucléaire. Nos malheurs ont qu’une seule cause : nos opinions sont sacrées. Ceux qui refusent de changer d’avis sont des imbéciles et ceux qui se laissent convaincre aussi. » p 212

Je vous fait grâce des autres passages surlignés.

Ma note bien entendu est de 5/5

Ce livre rentre dans le challenge 924580242/12

et celui de Romanza  2/5

Challenge myself 2014

Tadammmmmm…. Le premier livre autre que de la romance lu depuis au moins un an.

et c’est l’ouvrage d’une très grande dame que j’ai lu.

Toni Morrison nous raconte l’histoire de Frank, soldat revenant de la guerre de Corée. Il est traumatisé et il cherche un peu de paix et de sérénité. Sa soeur, Cee, a cherché à fuir leur petite ville où elle pensait être cataloguée et va vivre également des expériences dures. L’auteure nous raconte la ségrégation, la misère, les croyances auquelles se raccrocher avec un style très épuré. Ce livre n’est pas long (150 pages) mais laisse en peu de mots passer énormément d’émotions et de violences. Lire cette auteure est une expérience à réaliser dans sa vie de lecteur. J’ai été très émue par cette lecture que je vous recommande.

Ma note : 5/5

Challenge myself 2014                                                               1/5

92458024                                                               1/12