C’était une bonne chose de commencer par le tome 2 …..

Après avoir lu le tome 2, j’avais hâte de connaître l’histoire d’Helena et David Hastings. Dans le tome 2, il l’aime éperdument et ne sait pas lui montrer ses sentiments autrement qu’en lui lançant des vannes. Il le fait si bien qu’elle le déteste. Surtout qu’Helena est têtue et pense être toujours amoureuse de Mr Martin (personnage quelconque). Elle va se retrouver marier à David pour sauver sa réputation et tout serait drôlement mal parti pour lui si elle n’avait pas une amnésie consécutive à un accident.
Les personnages sont très bien campés mais il manque un-je-ne-sais-quoi à l’histoire pour qu’elle soit vraiment géniale. Les dialogues sont intelligents, drôles mais Helena est trop butée pour que j’ai de l’empathie. Elle m’a énervé avec sa tendance à tout mettre sur le dos des autres. David est un héros amoureux comme on en rêve toute, coquin, intelligent, doux mais il est un peu trop carpette devant Helena.
Donc un avis mitigé pour ce livre que je relirai certainement car c’est quand même le genre de lecture que j’adore (leurs piques sont très bien trouvés).

Ma note : 3/5

51HIQlBuGVL._

Venetia, jeune veuve à la beauté exceptionnelle, décide de se venger du Duc de Lexington. Celui-ci l’a décrite comme une veuve noire et elle sait que sa réputation va en pâtir. Elle décide d’embarquer sur le même bateau que le duc et elle commence une entreprise de séduction pour lui piétiner le coeur et sa fierté.
Je n’ai pas accroché. L’intrigue m’a paru tirée par les cheveux. Elle arrive à le séduire alors qu’il ne voit pas son visage. Ils ont tout de suite une histoire torride. Trop d’invraisemblance pour moi. En plus, j’ai trouvé que c’était long et l’histoire ne m’a pas plus intéressée que ça.
Ma note : 2/5

Publicités

Allez, une petite sélection de livres pas terribles, ça vous évitera des déconvenues… Je sais, je suis génereuse

ou très bête de les avoir acheter … au choix.

Aujourd’hui, vous aurez le droit à de la variété dans le « peux mieux faire » (tiens, tiens, souvenir d’école… Sors de mon corps Madame l’éducation nationale- n’ayez aucune crainte tout va bien, je vais chercher mes gouttes).

Donc pour commencer, allons faire un petit tour en Alaska car voyez vous, savoir que là-bas il fait -14 et que l’on voit la lumière du jour que 6 heures par jour (au mieux), ça vous ferait presque croire qu’il fait chaud en France.

Sloan McKinley part rejoindre son amie Jane en Alaska pour l’aider à se dépêtrer d’un héritage. Elle est journaliste, en a marre d’avoir tout le temps sa mère sur le dos en train de se plaindre qu’elle soit célibataire et décide de partir de New York pour prendre l’air.
Bien entendu, elle a le coup de foudre pour un beau mec qui s’avère être l’avocat de Jane. Ils s’aimèrent dès le premier regard mais monsieur a un traumatisme. Elle trouve que vivre en Alaska ce n’est pas si mal et on y trouve de bonnes crêpes (ça, c’est de l’héroïne de romance). Sa meilleure amie, Jane, a rencontré également un mec mais un coup ça va, un coup ça va pas. Je vous rassure, ce n’est pas « un coup » dans le sens « tiré » (amis de la poésie, bonjour !).  Non, c’est dans le sens : fluctuation de l’humeur de l’héroïne car pour les rapports forcément il n’y a pas de fluctuation – il n’y a que des sommets, que dis-je, des nirvanas – bref, une romance mièvre quoi. Fin du HS. Non d’ailleurs, fin de mon bavardage sur ce livre qui m’a déçue et qui me laissera une sensation d’imposture. L’auteure essaye de nous faire gober qu’une héroïne fashion victime new yorkaise est ravie de revêtir des polaires, doudounes et bonnets et se gaver de crêpes à longueur de journée (bref, crédibilité zéro).

Allez, au suivant :

Cette fois-ci, il fait plus chaud mais on est plus dans la même époque.
Juliet est veuve avec trois enfants. Son beau-frère qui lui donne l’argent pour subvenir à ses besoins est un mufle. Juliet est donc ravie quand l’occasion se présente de se marier avec un homme au physique attractif et qui la respecte de surcroît.
L’héroïne est attachante. C’est une femme courageuse et une maman dévouée. Le héros n’est pas transcendant mais il avait du potentiel. L’auteure a eu le malheur de faire évoluer le héros d’une manière trop abrupte. Il ne voulait pas du tout s’investir auprès de sa nouvelle famille à cause d’un traumatisme passé (ah ! le fameux traumatisme – ça mériterait un article avec toute la liste de ce qu’ont vécu nos pauvres héros). Et puis, tout d’un coup, tout change sans que ce soit crédible. J’ai trouvé la narration pas terrible (et vu comment j’écris, c’est dire combien je ne suis pas exigeante) et les histoires secondaires non aboutis. Ce qui est tout de même sympathique, c’est l’ambiance de Noël, avec le gui, la bûche, le choix du sapin mais ça restera le seul élément qui différenciera ce livre d’un autre livre « moyen ».

Allez, note générale : 2/5

tous les livres sur Babelio.com
tous les livres sur Babelio.com

Premier mardi : c’est permis… ou comment j’ai lu que des conn****es

https://i0.wp.com/img708.imageshack.us/img708/3765/41t6zmb6eklaa278pikin4b.jpg

Quatrième de couverture :

Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j’en fus ébranlée.J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait.Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre – un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient.Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir.

Ma lecture :

C’est un livre que l’on voit très souvent en ce moment et avec d’assez bonnes critiques. Comme je me refuse à lire Fifty Shades, j’ai voulu tenter celui-ci.
C’est un condensé de ce que les bien pensants reprochent à Harlequin.
Gidéon rencontre Eva dans un hall d’immeuble à Manhattan. Bien entendu, il est tellement beau que tout le monde s’arrête pour le regarder (même dans les harlequin, les auteures ne poussent pas la caricature à ce point). Eva est une jeune femme superbe, à forte poitrine qui fait le même effet aux hommes (et oui, tant qu’à faire des clichés autant nous assommer avec). Ils sont attirés l’un par l’autre et monsieur est assez cru pour savoir si la voie est libre. Elle décide qu’il faut qu’ils communiquent et partagent des choses ensemble avant de coucher et… couche tout de suite après. Le moment glamour étant quand Gidéon se renseigne sur la date d’épilation brésilienne de la dame.
Une fois qu’ils sont lancés, ils ont une vie sexuelle très active (mais pas non plus follement originale).

Je n’ai pas aimé cette histoire (vous l’aurez deviné). J’ai trouvé que c’était long, que l’auteure ne nous dise pas ce qui s’est passé dans la vie du héros (et oui, il faut lire le tome 2 pour connaître son histoire) m’a donné le sentiment de m’être fait arnaqué.
En conclusion, des personnages trop beaux et bourrés d’argent, une histoire trop mince pour être passionnante. Je dis oui aux passages érotiques mais au service d’une histoire consistante et pas pour remplir des pages.

Ma note : 2/5

Comme je n’ai pas voulu rester sur un échec, j’ai voulu lire les deux premiers tomes de Lisa Marie Rice  de sa série protections rapprochées. (je lis très vite – au cas où vous vous diriez que je ne lis que ça 😉 )

Je ne vous mettrais ni les couvertures ni les quatrièmes car ce serait une perte de temps. Pour moi, cette auteure est une grande malade. Ses héros sont des grosses brutes épaisses qui tout d’un coup se rendent compte qu’une petite chose fragile et bandante pourrait donner un but à leur vie. C’est à dire : protéger quelqu’un avec leur gros flingues sans tenir compte de la loi pour ensuite pouvoir l’empaler sur leur grosses queues. Il arrive même que vu la nécessité de la grosse quantité de sang nécessaire à faire gonfler leurs énormes appendices, ils aient des trous de mémoire qui les font s’interroger le lendemain sur la cause du départ en catimini de leur chère et tendre. Ne les auraient-ils pas heurter trop fortement et ne seraient-elles pas chez le docteur-les urgences en train de faire réparer les dégâts causés par leur énormes virilités ? Faut-il rajouter le fait que forcément les parties féroces de sexe sont plus intéressantes si l’héroïne a failli se faire violer avant – ou scalper au choix. Le méchant est forcément un grand malade qui tue une grande partie des personnages secondaires soit discrètement (au silencieux : deux flics, une infirmière entre autres) soit d’une manière hygiénique (au couteau mais avec le sac poubelle en dessous pour pouvoir minimiser les traces).
Je ne parlerai même pas des incohérences. Quand même une qui était pas mal : un des héros opère une des héroïnes dans son appartement et celle-ci ne se réveille qu’au bout de quatre jours sans avoir eu besoin de médoc- sonde urinaire et avec une haleine mentholée.

Tiens, toutes ces lectures pour aussi peu de résultats… Je suis pas sûre de retenter le premier mardi…
Je suis sûre que chez Stéphie, il y aura des personnes plus chanceuses que moi 😉

le premier mardi, c'est permis

Mariés à tout prix de Joan Reeves

Quatrième de couverture :

« Si quelqu’un s’oppose à cette union, qu’il parle maintenant, ou se taise à jamais. » Ally Fletcher est bien décidée à faire capoter le mariage d’un certain Burke Winslowe. Pourquoi donc ? Eh bien, parce qu’il s’agit toujours, techniquement, de son époux à elle. Burke a besoin de prouver qu’il a une femme ? Soit. Ally n’a qu’à jouer son propre rôle ! Bien vite, Burke et Ally redécouvrent l’attirance qui n’a jamais disparu de leur relation. Mais la passion suffit-elle ?

Ma lecture :

Je m’attendais à beaucoup mieux. La quatrième de couverture est alléchante et j’escomptais une histoire plus dynamique. Ally intervient lors du mariage de son ex. Sauf que ce n’est pas son ex-mari. Les papiers n’ont pas été signé. Ca fait six ans qu’elle a fui le domicile conjugal et Burke qui a besoin d’être marié pour conclure une affaire a décidé de contracter un faux mariage avec sa collaboratrice. Burke est un personnage assez vide, Ally est plus étoffée, on comprend le questionnement de son comportement mais elle ne m’a pas inspiré plus de sympathie que ça. L’histoire se déroule sans surprise et à part les petites pointes entre Burke et le faux petit ami d’Ally ; il n’y a rien de drôle.
Bref, lecture pas génial.

Ma note : 2/5

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le trésor de la passion de Leslie Lafoy

Quatrième de couverture :

Frapper à la porte du célibataire le plus en vue de Londres pour lui demander de fouiller sa chambre demande un certain aplomb. Mais Isabella n’a pas le choix. Barrett Stanbridge non plus d’ailleurs, puisqu’Isabelle va peut-être pouvoir le tirer d’un bien mauvais pas. Car notre Casanova est soupçonné d’avoir assassiné, la veille, sa dernière conquête ! D’abord méfiant, Barrett écoute les explications de cette ravissante jeune femme : Joyce, la victime, était sa cousine. Toutes deux ont hérité d’une carte indiquant l’endroit où était caché le trésor d’un célèbre pirate. Poursuivie par des inconnus qui cherchent à mettre la main sur le magot, Joyce s’est jeté au cou du premier venu pour dissimuler la carte chez lui. Si cette hypothèse n’est guère flatteuse pour la réputation de séducteur de Barrett, elle a le mérite de plaider en faveur de son innocence. Aussi accepte-t-il d’aider Isabella à récupérer la carte, en dépit du terrible danger qui pèse à présent sur eux.

Ma lecture :

Qu’on se le dise, si avec cette auteure nous ne sommes pas informés que les héros sont attirés l’un par l’autre, c’est qu’on le lit en russe. C’est tellement poussé à l’extrême que ça fait perdre le fil de l’intrigue ce qui est bien dommage car l’idée est très bien trouvée.
Une chasse au trésor ! Avec de vrais méchants et aucune idée de qui ça peut-être.
L’héroïne est une vraie guérrière. Américaine s’étant battue lors de la guerre de Sécession, elle part à la recherche d’un trésor qui serait caché en Angleterre. Malheureusement, elle n’a qu’une moitié de carte et l’autre moitié que sa cousine a dissimulé chez le héros lors de leur dernière partie de jambes en l’air.
Héros qui ne comprend pas qu’on puisse l’accuser du meurtre d’une jeune femme délurée avec qui il a échangé que deux phrases  mais par contre beaucoup de salive.

Bon, je préfère nettement l’héroïne au héros qui m’a fait l’effet d’être niais. Ce héros est passé du statut de serial lover à guimauve aux yeux énamourés en moins de 24 heures. Et là, moi, je dis, je vote pour le coup de foudre dans les romances mais pas pour les serpillères.

J’ai pas trouvé du tout cohérent cette histoire d’amour.

Donc pour moi, ce sera un

Ma note : 2/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Coeur rebelle de Victoria Dahl

Quatrième de couverture :

Dans l’Angleterre du XIXe siècle, Marissa York est une jeune fille de bonne famille, qui par son caractère un peu trop rebelle se retrouve compromise, après une embarrassante fin de soirée… Son frère, Aidan, lui trouve un prétendant de secours en la personne de Jude Bertrand qui, séduit par le côté impétueux de la demoiselle, se propose de l’épouser afin de sauver sa réputation. Cette idée n’est cependant pas du goût de l’intéressée, qui estime que Jude n’est pas l’homme idéal… Certes, ce n’est pas un gentleman : sa carrure imposante et ses traits grossiers peuvent effrayer de prime abord. Cependant, les opinions et les sentiments peuvent changer…

Ma lecture :

J’ai été très surprise par l’histoire. Déjà, il est important de se remettre dans le contexte de l’histoire, c’est une romance historique. Alors quand au début de la lecture, on se rend compte que l’héroïne a le feu au derrière, ça fait bizarre. Marissa est curieuse et a une nature « passionnée ». Ce qui veut dire en langage contemporain, qu’elle a décidé de se débarrasser de sa virginité mais pas que… Elle veut vivre une expérience intense et pour cela, elle choisit pas la bonne personne. Mais voilà, maintenant que ça a été découvert, elle doit se marier. Jude, qui est ami d’un de ses frères, se porte volontaire car Marissa le fait rire et en plus, il peut déjà s’imaginer ne pas s’ennuyer au lit. Forcément, rien ne sera simple ; elle voudra et puis plus, etc.

Ce qui m’a gêné dans cette histoire, c’est que ce n’est pas l’histoire d’une jeune femme qui veut gagner sa liberté et donc décide de jeter sa culotte par dessus les moulins. Non, c’est l’histoire d’une jeune fille capricieuse et qui comme elle s’ennuyait à décider d’avoir des relations avec des hommes. Elle n’est pas sympathique, ne rehausse pas la condition féminine, non… Noter bien que ça ne me dérange pas mais bon, ce n’est pas l’histoire que je voulais lire. Le héros est très sympathique et pour moi, mérite beaucoup mieux. Mais bon, ce n’est que mon humble avis, hein…

Bref, vous l’aurez deviné, je n’ai pas aimé.

Ma note : 2/5

L’avis d’une bloggeuse que j’apprécie beaucoup  Shelbylee

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un parfum de volupté de Kate Carlisle / Ce lien interdit de Charlene Sands

Quatrième de couverture :

Un parfum de volupté, Kate Carlisle

Depuis que Grace s’est installée à Alleria, une sublime île des Caraïbes, bordée de palmiers descendant sur une mer turquoise, elle a l’impression de revivre. Aussi compte-t-elle bien y rester le plus longtemps possible, même si elle doit pour cela travailler pour Logan Sutherland, l’homme le plus arrogant qu’elle ait jamais rencontré – et accessoirement, le propriétaire de l’île. Malheureusement, leur collaboration est immédiatement des plus houleuses. Logan, non content de lui faire des avances, se montre particulièrement dur à son égard et ne cesse de relever ses erreurs : si elle ne lui a pas prouvé qu’elle est une employée modèle d’ici une semaine, elle devra quitter l’île…

Ce lien interdit, Charlene Sands

En franchissant les portes du ranch Worth, Trisha ne peut réprimer un frisson. Et dire qu’elle a parcouru tout le pays avec sa petite Meggie dans les bras, pour venir demander le divorce à son mari, sur les terres qu’elle a tant aimées ! Jamais elle n’aurait imaginé en arriver là, mais il est trop tard pour reculer… Hélas, alors qu’elle a tout fait pour oublier Clay, elle sent immédiatement son désir pour lui renaître, et l’embraser. Et son trouble est d’autant plus intense que, de son côté, Clay semble résolu à la considérer comme ce qu’elle est encore aux yeux de la loi : son épouse légitime…

Ma lecture :

Un parfum de volupté

Alors, je dois dire que ce livre est du grand n’importe quoi. Je dois même dire que ce ne serait pas un partenariat avec Harlequin (que j’apprécie beaucoup, sinon je n’aurai pas fait ce partenariat et je n’en aurai pas une centaine sur Dudule), je n’en parlerai même pas.

Grace est une jeune femme qui est belle, rousse aux yeux verts (c’est dingue comme on en rencontre jamais dans la vie et tout le temps dans ces livres) et qui a un QI à 172.  Jusque là, on se dit, c’est hautement improbable mais pourquoi pas. Et puis, en tant que lectrice de roman d’amour, je me dois d’être solidaire de l’héroïne… Donc, Grace va sur une île pour milliardaire et se fait embaucher comme serveuse. Elle est nulle car elle est scientifique à la base. Mais comme elle est extrêmement sympathique, tout le monde l’aide même les clients qui vont même pour certains chercher leur boissons au bar (je vous le dis c’est n’importe quoi). Le patron, Logan, n’est pas content. Enfin c’est quoi cette serveuse qui pète les verres, a des supers pourboires en faisant travailler les autres. Mais, mais, mais, mais… Oui, je sais, c’est trop facile. Il est irrésistiblement attiré par Grace alors que bien entendu, il s’empêche d’aimer (je ne sais plus pour quelle raison mais si j’ai oublié c’est que ça valait pas le coup que je m’encombre les neurones avec).
Allez, je suis sympa, je ne vous dirais pas pourquoi elle s’est embarqué dans cette aventure mais je me dois  tout de même de vous signaler que cette demoiselle n’a jamais vu le loup (bah, oui, quand je vous dis que c’est grave comme livre).

Next one

Ce lien interdit

Trisha et Clay ont rompu pour manque de communication (c’est mon diagnostic ;- ) ). Trisha retourne voir Clay car elle veut qu’ils soient divorcés pour recommencer sa vie avec sa fille adoptive (la fille de sa cousine décédée). Mais Clay n’est pas tout à fait près à faire une croix sur sa femme qui jusque là avait refusé de faire des enfants avec lui. Elle, elle n’est pas prête à laisser Clay pour qui elle éprouve des sentiments.

Ca se lit mais ça s’oublie également vite. Bref, il y a mieux que cet opus « Passion » du mois de Juillet.

Ma note : 2/5

tous les livres sur Babelio.com

Cercle des Lectrices Harlequin

Rendez-vous sur Hellocoton !