In my real (love) life de Mily Black

in my real love life

 

Quelle bonne surprise est ce livre ! C’est avant tout l’évolution d’une jeune femme phobique que nous voyons avant une histoire d’amour.
Lena est une jeune femme vivant claquemurée dans son appartement à Marseille car elle souffre d’agoraphobie et ne peut supporter le contact avec d’autres personnes. Elle travaille beaucoup (elle est webmaster), a des contacts avec les gens mais virtuellement. A part sa meilleure amie, Alexie, Lena est très peu entourée. Elle décide d’aller retrouver Alexie à Paris et espère qu’une nouvelle vie va commencer pour elle.
Elle est courageuse mais se retrouve à faire face à des difficultés et a devoir les partager avec d’autres personnes qui vont devenir des proches.
Lena est une héroïne « du quotidien ». Elle n’a pas un physique exceptionnel, est très angoissée, a peur du jugement des autres mais elle est épatante. Elle est courageuse, ne se laisse pas abattre et avec l’aide d’un petit garçon va se retrouver à franchir des obstacles qu’elle n’aurait pas pu franchir seule. C’est une très belle histoire de progression personnelle, d’amitiés, de tolérance avec une belle histoire d’amour entre deux personnes meurtries mais qui rebondissent avec brio.
J’ai été scotchée au livre car j’étais en train de franchir les étapes avec Lena et j’étais sa première fan !

Un très bon moment de lecture !

Ma note : 4/5

risotto aux tomates confites et au chèvre frais

risotto aux tomates confites

 

C’est une recette tirée du magazine Gourmand

Ingrédients pour 6 personnes :
2 petites échalotes, 6 brins de persil plat, 100g de chèvre frais, 350g de riz rond à risotto (arborio ou carnaroli), 100g de tomates confites à l’huile, 2 cubes de bouillons de volaille, 15cl de vin blanc, sel et poivre

 

Recette :
– Dans une grande casserole, faites bouillir 1,5 litres d’eau avec les cubes de bouillon. Gardez constamment à feu très doux et couvrez pour maintenir au chaud.
– Epluchez et émincez très finement les échalotes. Mettez à chauffer une sauteuse avec trois cuillerées à soupe de l’huile du bocal de tomates, et faites revenir les échalotes 2 minutes à feu moyen sans les laisser colorer.
– Ajoutez le riz et faites-le-nacrer (revenir sans coloration) pendant trois minutes. Ajoutez alors le vin blanc et faites réduire jusqu’à évaporation totale. Salez, poivrez. – Versez ensuite des louches de bouillon une par une, en poursuivant la cuisson sur feu doux, jusqu’à ce que chacune soit absorbée. Continuez ainsi jusqu’à ce que le riz soit cuit. Il doit être fondant mais encore un peu croquant (comptez entre 16 et 18 minutes de cuisson).
– Pendant ce temps, égouttez et détaillez les tomates en fines lamelles. Emincez finement le persil.
– Une fois le riz cuit, éteignez le feu. Ajoutez les tomates, le fromage de chèvre et mélangez. Laissez reposer 5 minutes. Servez bien chaud parsemé de persil ciselé.

Oui, c’est bien une recette salée !!! Pour une fois… Et elle va rejoindre ses copines chez Syl :

les gourmandises de Syl

501ème article ! The deal d’Elle Kennedy

the deal

 

 

Lecture propulsée par les princesses et Cess.

« You know what I think ?
– Woman aren’t supposed to think, Wellsy. That’s why your brains are smaller. Science proves it ».

Garrett est le capitaine de l’équipe de hockey. Il a une mauvaise note à son examen sur la morale et l’éthique, ce qui compromet son avenir à l’université. C’est une catastrophe, il faut qu’il réussisse l’examen de rattrapage. En sortant de la salle, il se rend compte qu’une petite nana, dont il ne se souvient pas du nom a eu un A ! Elle a eu cette note alors que plus de la moitié de l’amphithéatre a eu une mauvaise note.
Sur de son charme, il l’accoste pour qu’elle veuille bien devenir son professeur particulier et se fait remettre à sa place comme ça ne lui est jamais encore arrivé !
Hannah est une jeune femme très très forte. Elle a été violée à 15 ans lors d’une soirée, a suivi une thérapie pendant trois ans, est très réservée et a un big coup de coeur pour un joueur de l’équipe de foot. Garrett, elle s’en fout. Pour elle, c’est une belle gueule qui culbute des nanas à tout va et qui est pédant.
Il va l’apater en lui faisant miroiter qu’il n’y a pas meilleur moyen d’attirer son Justin, qu’en lui donnant envie. Et pour ça, elle a besoin de lui.
Là, où l’histoire est super, c’est que c’est avant tout une histoire d’amitié. Une complicité va s’instaurer et leurs dialogues sont drôles. Hannah se moque de l’égo de Garrett est celui-ci trouve ça drôle de se faire rembarrer. Hannah va montrer de plus en plus sa fragilité et Garrett va lui montrer comment il peut-être doux et prévenant. Il va laisser tomber le masque du jeune homme qui a une vie facile et s’ouvrir à Hannah.
C’est une très jolie histoire d’amour, de tendresse, de complicité et d’humour.
J’ai passé un très très bon moment de lecture combien même je n’ai pas compris toutes les expressions de la jeunesse américaine.

Je vous le recommande ++++

Ma note : 5/5

Un suspect embarrassant, les enquêtes de Francesca Cahill de Brenda Joyce

un suspect embarrassant

Francesca (dont nous avons fait connaissance ici) est embauchée par une femme qui lui demande de l’aider à …. planquer un cadavre. Ce n’est pas ce qu’elle escomptait avoir comme affaire quand elle a fait faire ses cartes de détective privée. Accompagnée de Joël, jeune garçon débrouillard des bas-fond, la voilà partie à essayer de résoudre ce meurtre.
Il n’est pas indispensable de lire le tome 1 avant celui-ci mais ce serait se priver du plaisir de suivre l’évolution des personnages. Surtout que le premier était du tonnerre !

Francesca dans ce tome se heurte à plusieurs obstacles et aux conséquences de ces décisions. Sa soeur, Connie, va avoir des décisions à prendre. Francesca va grandir en voyant que son idéalisme se heurte à la réalité . Son lien avec Bragg va se renforcer mais on devine des obstacles (ah! les amoures contrariées) et l’arrivée du frère de Bragg, personnage très prometteur (j’adore les mauvais garçons) va donner du piment à l’histoire.
Comme ce qui commence à ressembler à une habitude, j’ai terminé l’histoire ravie de l’intrigue, passionnée par le contexte historique à New-York en 1900 et n’ayant qu’une seule hâte, connaître la suite ! !!

Ma note : 5/5

Atelier d’écriture : que fais-je..

Voici ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona :

atelier d'écriture cambodge

 

Se retrouver ici à regarder cet homme sauter était tout à fait improbable. C’était un effet secondaire de sa lecture « mange, prie, aime », un effet désirable de cette vie qui n’avait plus de sens.
Pourtant, elle n’était pas à plaindre. Elle n’était pas moche, ni particulièrement jolie, elle était assez gentille, peut être contrariante quand elle etait face à des idiots et avait une conversation agréable.
Elle aimait son travail mais sentait qu’il ne faudrait pas grand chose pour qu’elle se lasse. Elle ne savait pas si c’etait le fait de vieillir, d’être célibataire, de ne pas avoir beaucoup d’illusions sur l’épanouissement au travail mais elle en avait eu marre de tout et la voici ici, assise sur ses grosses pierres à ce demander ce qu’elle faisait là.
Elle n’avait pas dû être très attentive en cours de philo, très « ouverte » à la parole de Jesus lors des messes et cérémonies, car elle errait à se demander à quoi ça servait d’être sur terre. Qu’est-ce-qu’il y avait après, pourquoi il y avait des personnes croyantes et d’autres non. Est-on sur terre en essayant de passer entre les catastrophes sans trop de dommages, devrait-elle prendre comme mantra « carpe diem » ?
Comment peut-on trouver la paix de l’esprit et enfin savourer d’être en vie ?
Elle regardait ces hommes, ces lieux et tout d’un coup prennait conscience des odeurs, du décor, du sourire et de la joie de ces gens, se rendait compte que c’etait contagieux. Elle se mit à sourire  puis à rire, savoura cette sensation, sentit son corps vibré et finalement se dit qu’importe après, c’est maintenant qui est important. Rien ne sera jamais plus ce moment-là, cette respiration, ce rire. Rien ne sera plus ce moment unique et c’est sans doute ça le bonheur d’être en vie…

 

Voici pour la participation de cette semaine !

atelier d'écriture leiloona

Gâteau à la carotte sans gluten

gâteau à la carotte sans gluten

 

J’avais oublié de le prendre en photos et il a été dévoré en moins de deux…

C’est une recette extraite du très bon livre « je cuisine sans gluten et je me régale ! » de Clémentine et Michel Olivier

Pour 6 personnes :

– 350 g de carottes, un citron non traité, 5 oeufs, 1 cuillère à soupe de beurre ramolli, 3 cuillères à soupe de maïzena, 250 g de sucre en poudre, 170g de poudre d’amande, 1/2 cuillère à café de cannelle, 1 cuillère à café de bicarbonate de soude (que je n’ai jamais mise …).

– Préchauffez votre four à 170°C.
– Epluchez les carottes et râpez-les sur le petit côté d’une râpe. Réservez.
– Beurrez le moule, ajoutez la belle cuillère à soupe de sucre en poudre et tapotez le moule dans tous les sens pour que le sucre « s’accroche » sur le beurre (une fois cuit, c’est une tuerie à manger..).
– Râpez le zeste du citron au-dessus d’une petite assiette.
– Cassez les oeufs dans un grand saladier, ajoutez les 250g de sucre en poudre et battez au fouet électrique (grande vitesse) pendant 5 minutes. Le mélange blanchit et double de volume.
– Tenez une passoire fine au-dessus du saladier et mettez-y la maïzena, le bicarbonate de soude et la cannelle. Tapotez le bord de la passoire pour que tous les ingrédients tombent, mélangés et sans grumeaux, dans le saladier. Ajoutez le zeste râpé et le jus de citron, puis les carottes râpées et la poudre d’amande.
– Mélangez délicatement avec une spatule de caoutchouc et versez dans le moule beurré et sucré.
– Enfournez à mi-hauteur pour 50 minutes.
– Démoulez le gâteau, posez-le sur une grille, attendez qu’il soit refroidi et poudrez-le de sucre glace.

 

Cette super recette va rejoindre les étagères bien garnies de Syl 😉

les gourmandises de Syl

Dublin street de Samantha Young

dublin-street-283071-250-400

 

Dublin street est THE romance contemporaine que je lis et relis (enfin plus le tome suivant que celui-ci, mais c’est quand même une de mes romances préférées).
Pourquoi ? Parce que l’héroïne a vraiment mauvais caractère, n’est pas une petite chose fragile et que même si elle a de l’argent, elle n’a globalement pas une vie qu’on lui envie.
Joss est une jeune femme orpheline qui s’expatrie, après une frayeur, en Ecosse. Elle essaye d’écrire son premier roman et travaille le soir dans un bar. On la rencontre lorsqu’elle cherche une colocation. Elle prend un taxi avec un beau mec et arrive chez sa future coloc, Ellie. (L’histoire d’Ellie est racontée dans le tome 1,5 – Until the fontain bridge). Ellie est un amour et elles vont devenir amies.
Joss a pas mal de problèmes. Elle a des bouffées d’angoisse, a peur de s’engager, se confie très peu.
Et c’est là que j’applaudis l’auteure ! Joss ne guérit pas quand son prince charmant arrive ! Non, elle va voir un psy. Merci Mme Young, je pense que vous auriez perdu toute crédibilité si tout c’était résolu avec l’arrivée de … Braden.
Alors oui, c’est l’Homme. Il est beau, riche (mais à force de travail), arrogant, têtu, protecteur et peut être grossier quand Joss le cherche. Il va se donner beaucoup de mal pour la conquérir et ça ne sera jamais vraiment gagné.
Leur relation est belle, complexe, sexy. Joss est une magnifique héroïne courageuse et profondément humaine, Braden est un homme qui paraît froid mais auquel on découvre des failles. Ils ont une histoire passionnée avec des scènes qui donnent chaud.
L’histoire  est bien rythmée, l’évolution de leur relation et la progression de Joss dans son cheminement psychologique en fait une très bonne romance.

De plus, leur histoire est entourée de celle d’amis que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt.
Un super livre que je vous recommande

Ma note : 5/5