attachiante de Sarra Manning

attachiante

 

Jeane est une jeune femme de 17 ans très atypique. Elle a des valeurs qui sont des sacerdoces, elle aime tout ce que les autres rejettent (en gros). A elle, la ringardise, les vieilles fringues, le tricot, les groupes de musique obscures. Tout ce monde, elle l’a construit sur le web où il rencontre beaucoup de succès. Tellement de succès qu’elle est devenue une tendance, donne des conférences, écrit des articles, a sa propre marque.
Michael est un ado tout comme il faut. Il est le capitaine de l’équipe de foot, fait partie du club de débat, est délégué, a de bonnes notes et sort avec une jolie fille.
Là où il y a un problème à ses yeux, c’est que sa copine (qu’il a envie de larguer) fait les yeux doux au mec de Jeane. Il va la trouver et lui raconte ses doutes. Ils sont drôles car leur désaccord est épidermique. Michael la trouve tordue et moche, Jeane le trouve bête comme ses pieds et il lui fait pitié tellement il est prévisible. Ils vont avoir des altercations qui vont se terminer… comme dans toutes romances mais….
C’est un livre que j’ai adoré lire. Déjà Jeane est une jeune femme qui n’est pas jolie (et ce n’est pas qu’elle qui le dit, donc c’est une certitude). Elle a des convictions et vit pour elles. Elle réfléchit à son impact environnemental, achète d’occasion, a un cercle d’amis éclectiques, fait des expériences atypiques. Elle est de plus, profondément seule et perdue au milieu de toutes ses pensées, ses convictions. Je me suis retrouvée dans elle. Je me suis retrouvée dans son envie de se fondre dans le moule en espérant avoir le même bonheur qu’ont les personnes autour d’elle. Son intelligence est un handicap en même temps qu’un formidable outil. Elle va aimer Michael car il la complète tout simplement. Elle va aider Michael à se rendre compte de sa malléabilité et l’aider à se découvrir mais pas du tout dans la douceur.
Jeane est très drôle et leur relation est assez mouvementée.
J’ai juste regretté la fin que j’ai trouvé bâclée et que Michael ne soit pas un peu plus approfondi, mais c’est vraiment une belle découverte et ce livre m’a redonné mon élan.
Un magnifique personnage féminin fort et atypique !

 

Somebody to love de Kristan Higgins

Quatrième de couverture :

New York Times and USA TODAY bestselling author Kristan Higgins is back with a hilarious and heartwarming new story about a rich girl who discovers that a little hard work may be just the thing she needs…. After her father loses the family fortune in an insider trading scheme, single mom Parker Welles is faced with some hard decisions. First order of business: go to Gideon’s Cove, Maine, to sell the only thing she now owns—a decrepit house in need of some serious flipping. When her father’s wingman, James Cahill, asks to go with her, she’s not thrilled…even if he is fairly gorgeous and knows his way around a toolbox. Having to fend for herself financially for the first time in her life, Parker signs on as a florist’s assistant and starts to find out who she really is. Maybe James isn’t the glib lawyer she always thought he was. And maybe the house isn’t the only thing that needs a little TLC…. “Higgins will charm readers once again with love and laughs.” — Booklist on My One and Only

Ma lecture :

« Always lovely to see you ».
Parker voit son monde prendre un sacré coup du jour au lendemain. Elle écrivait des livres pour enfant dont elle venait de cloturer la série star (à son grand soulagement). Elle n’avait pas besoin de cet argent car elle vivait de ses rentes et dans une immense maison familiale avec son fils, Nick.

Un beau matin, elle apprend que son père va être emprisonné pour magouille et pour rembourser ses victimes, il a tout pris sur ses épargnes et autres comptes. De plus, elle doit déménager.  Elle se retrouve seule (Nick est parti 3 semaines avec son père) et part à la recherche d’une maison dont elle a hérité il y a cinq ans. Enfin… elle n’est pas seule car « Thing one » l’accompagne (le surnom donne tout de suite une idée de la considération qu’à Parker pour l’avocat de son père).

« Thing one », James de son petit nom, est une « chose » que toutes les femmes aimeraient avoir, je pense. Il est aussi beau qu’un mannequin Armani (ça me fait pas rêver mais bon, y a du potentiel…), a un magnifique sourire ainsi que le corps qui va bien avec. Il a le sens de l’humour, est attendrissant et fou amoureux.

Mais pourquoi y-a t’il une telle différence de vision l’un de l’autre entre ces deux personnages ?

Je ne vous le dirai pas. Vous n’avez plus qu’à lire le livre.
Vous y trouverez :

– des héros très attendrissants et l’héroïne est très très drôle (les passages où elle fait parler ses personnages sont hilarants et politiquement pas très corrects)

– la description d’une petite ville du Maine où j’irai bien me promener

– des personnages secondaires très bien trouvés

Est-il besoin que je redise que j’adore cette auteure ?????

Ma note : 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le clocher d’Abgall de Marie Aude Murail

Quatrième de couverture :

« Attention, votre sens Tsen de l’orientation vous indique que c’est bien là le secret d’Abgall. » Émilien, que les lecteurs de« Baby sitter blues et du Trésor de mon père connaissent déjà, aime avant tout qu’on le laisse en paix rêver à sa copine Martine-Marie, en jouant à un jeu de rôle, le clocher d’Abgall, par exemple. Mais dans la vie, on est toujours dérangé. Il y a Xavier Richard, son meilleur copain, toujours en train de tout critiquer. Il y a sa mère qui a envie de se remarier, avec l’horrible Henri Leroy, et ça c’est infernal. Il y a enfin et surtout Joss, un nouveau dans la classe, un orphelin de père, qui a de drôles d’idées, un petit lapin nommé Ticket. Joss a pris Émilien en amitié, et cela a d’énormes conséquences.
Retrouvez Emilien dans : Baby Sitter Blues, Le Trésor de mon père, Au bonheur des larmes, Un séducteur né, Sans sucre merci, Nos amours ne vont pas si mal.

Ma lecture :

Comme souvent avec cette auteure, j’ai rigolé plusieurs fois à me faire remarquer  dans le métro (c’est sur que ce n’est pas les journaux gratuits qui donnent de la bonne humeur aux parisiens…).
Emilien est un héros adorable. Il est intelligent, drôle, empathique et son amitié avec Joss est attendrissante.
J’ai vraiment adoré ce livre qui met de très bonne humeur malgré l’histoire qui n’est pas toujours « légère ».

Ca m’a donné envie de me replonger dans « miss Charity »  tellement j’adore le style de cette auteure.

PS : J’oublie de dire que c’est un livre qui fait partie d’une série. Série que je n’arrive pas à lire dans l’ordre, d’ailleurs, mais ça ne gêne nullement.
J’avais commencé cette série par « un séducteur né » (qui est le dernier je crois…).

Ma note 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cette chanson-là de Sarah Dessen

Quatrième de couverture :

Julie a toujours su quand prononcer LE discours à un garçon pour le quitter : juste après l’émotion des premiers jours et avant que l’implication soit trop forte. Alors pourquoi ne parvient-elle pas à appliquer ses grands principes au beau Damien ? Il est brouillon, impulsif et, pire que tout, musicien comme le père de Julie. Ce père qu’elle n’a jamais connu et qui lui a écrit une chanson célèbre avant de disparaître :  » This Lullaby « , qu’elle écoute quand elle a le coeur serré. Julie serait-elle en train de découvrir ce dont parlent toutes les chansons d’amour ?

Ma lecture :

Alors, cette lecture est atypique. Je suis tombée sur ce livre alors que je faisais le tri entre les livres que je gardais et ceux que je tentais de vendre. Ce livre était dans un « no man’s land » et pas pour rien d’ailleurs car c’est un livre que j’ai lu mais dont je n’avais pas pris le temps d’écrire un compte-rendu de lecture. Ce livre a été pour moi un OVNI. J’adore la littérature jeunesse (c’est pour moi rafraîchissant, de plus ça touche à l’essentiel ce qui change des masturbations intellectuelles un peu trop fréquentes dans le rayon littérature « adulte ») mais cette auteure me chiffonne. Je n’aime pas sa manière de narrer, l’héroïne m’énerve car elle a trop tendance a être désabusée pour son âge. Malgré tout cela, l’histoire m’a intéressée jusqu’au bout.

Bref, un livre qui peut être intéressant à lire du fait de ces paradoxes.

P.S. : Il va quand même dans la pile à vendre 😉

Ma note : 2/5

Journal d’une princesse tome 2 and co de Meg Cabot

Quatrième de couverture :

Non seulement Mia vient d’apprendre qu’elle est princesse de Genovia, mais voilà que, dans le cadre de ses futures fonctions, elle doit participer à une émission en prime time pour la télévision. Elle qui déteste son physique ! Et, pour couronner le tout, sa mère attend un bébé de son prof de maths. Heureusement, elle peut se confier à son journal.

Ma lecture :

Mia apprend que sa mère est enceinte de son professeur de maths. Ils ne sont ensemble que depuis deux mois et la vie de Mia est déjà assez compliquée comme ça. Ils décident de se marier et la grand-mère de Mia  met son grain de sel dans l’histoire.

Comme de bien entendu, il y a les soucis d’amour de Mia qui se pâme devant Michael mais n’arrive à rien, Lily, sa meilleure amie, qui décide de faire un vrai documentaire sur Mia, etc.

J’ai aimé, c’est drôle, l’héroïne est toujours aussi sympa et ses conseils pour la grossesse de sa mère m’ont bien fait rire.

NB : J’ai lu tout les tomes d’affilée. J’aime beaucoup l’humour et le ton de Meg Cabot. Cette série est rafraîchissante à lire avec des inégalités dans les tomes (le troisième m’a moins plu) et c’est un plaisir de suivre Mia  qui mûrit. Une agréable lecture.

Ma note : 4/5

L’été où je suis devenue jolie de Jenny Han

Quatrième de couverture :

Depuis qu’elle est enfant, Belly passe tous ses étés dans la maison au bord de la plage. Là, entre les bains de mer et les pichets de thé glacé, la vie est parfaite. Il y a Susannah et ses fils, Conrad l’ombrageux et Jeremiah, si charmant. Et puis l’été de ses seize ans, les choses changent. Susannah sourit un peu moins. Les garçons paraissent plus lointains. Parce qu’il se passe quelque chose dont personne ne parle. Belly aussi a son secret. La vie chavire doucement, pour chacun d’eux. Plus rien ne sera comme avant.

Ma lecture :

J’ai adoré ce livre. Lu en une journée.
L’histoire de Belly, ado de 16 ans, qui nous raconte ces vacances d’été où elle  se rend compte qu’elle est séduisante est passionnante. Elle passe toutes ses vacances d’été dans une maison en bord de mer avec frère et sa mère, la meilleure amie de celle-ci et ses deux fils. Belly est amoureuse de Conrad, l’un des deux fils depuis l’âge de dix ans et cet été, elle essaye de vivre sa vie de jeune fille et de petite soeur de tout ces garçons.

Il y a des feedbacks sur les étés précédents et les personnages sont tous attendrissants. Ces étés sont plein de tendresse, de chamailleries, de complicité et d’amour.

Un magnifique roman qui donne envie de passer ses étés au bord de la mer avec des amis d’enfance.

Ma note : 5/5

 

 

 

Irrésistible alchimie de Simone Elkeles

Quatrième de couverture :

Brittany est belle, intelligente et douce. Elle sort avec le capitaine de l’équipe de football. Alex, terriblement séduisant, est connu pour être un membre du dangereux gang des Latino Blood. Tout les oppose jusqu’à ce cours de chimie et ce travail imposé en binôme. Au-delà des apparences, Alex et Brittany se rapprochent et se séduisent. Leur attirance, plus forte que les préjugés et les interdits, pourrait bien changer leur avenir… mais à quel prix ?

Ma lecture :

Il n’y aurait à se fier qu’au titre et à la couverture, j’aurais fait demi-tour aussi sec. Comme il y avait que des 5 étoiles sur le site sur lequel je l’ai acheté, je me suis laissée convaincre. Et j’ai bien fait !

C’est livre est loin d’être mièvre. L’histoire est raconté alternativement par Alex et Brittany. Ils se retrouvent à devoir fabriquer des chauffe mains pour le projet de chimie alors qu’ils sont diamétralement opposés et plein de préjugés. Chacun s’est fabriqué une image pour ne pas montrer ses blessures et c’est cette carapace qui va craquer au contact de l’un et de l’autre. Leur histoire est loin d’être simple et j’ai trouvé cette histoire émouvante de par leurs souffrances, le poids de leur responsabilité, la fatalité inscrite dans leur avenir et la beauté de leur histoire d’amour.
C’est une très belle histoire, une magnifique histoire d’amour.
Je le recommande chaudement !

Ma note : 5/5

Journal d’une princesse tome 1 : la grande nouvelle de Meg Cabot

Quatrième de couverture :

A quatorze ans, Mia est une collégienne new-yorkaise comme les autres. Mais le jour où elle apprend que son père, qui vit en Europe, est en réalité le prince de Genovia, une petite principauté au bord de la Méditerranée, les choses se gâtent. Voilà Mia princesse héritière ! Et ça ne lui plaît pas du tout.

Pourquoi ce livre ?

Je suis une grande fan de Meg Cabot et le challenge littérature jeunesse de Whoopsy Daisy était une bonne occasion de commencer cette série de livres.

Ma lecture :

J’ai beaucoup aimé cette héroïne. Elle est végétarienne, engagée, a une maman extra et est loin d’être l’ado neuneu qui sait que faire ou penser. L’histoire est originale, drôle, j’ai été happée , je rigolais de ses histoires de garde du corps et je trépignais de savoir ce qui allait se passer du côté coeur.

Bref, un très bon livre et j’ai hâte de lire la suite tout en ayant peur d’être déçue…

ma note : 5/5

Mon nez, mon chat, l’amour et moi de Louise Rennison

Quatrième de couverture :

Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer ! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, s’il n’y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage, son nez !

Pourquoi ce livre ?

Je ne sais plus…. J’ai du en entendre parler sur Whoopsy Daisy, je pense.

Ma lecture :

Je pense que ce livre pourrait être horripilant si l’héroïne n’était pas aussi culottée.
Tout est décrit dans le comportement, les préoccupations des ados filles. C’est pour cela que ça pourrait être énervant mais c’est sans compter sur l’ironie dont fait preuve l’héroïne et ses remarques cinglantes.

C’est un bon livre « vide tête » et pour rigoler. Je pense que je vais l’oublier rapidement.

Ma note : 3/5

 


La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

Quatrième de couverture :

Alice est une jeune fille anorexique, handicapée par un accident de ski dont elle rend son père responsable. Mattia est un jeune surdoué des mathématiques, qui se scarifie les bras pour se punir d’avoir abandonné sa soeur jumelle, attardée mentale, dans un parc. Solitaires, ils vont s’engager dans une relation asymétrique, entre fugues et retrouvailles, entre amour et haine.

Pourquoi ce livre ?

Je l’ai pris car j’aimais la couverture (y a pas à dire, y a des fois je me comprends pas. Comme si une couverture faisait la qualité d’un roman !).

Ma lecture :

Ca faisait longtemps mais voici un livre que je n’ai pas du tout aimé. Arrêté au bout de 100 pages et d’un coup d’oeil aux autres chapitres.

Je n’aime pas le ton ni la manière de narrer. Les héros auraient vraiment matière à être intéressants vus leurs souffrances mais je n’ai pas envie de savoir la suite.

 

Ma note : 1/5