Resurrection Row d’Anne Perry

Quatrième de couverture :

« Bas les masques », tel paraît être le mot d’ordre d’Anne Perry dans la série de romans où elle met en scène son couple de héros « victoriens », l’inspecteur Thomas Pitt et son épouse Charlotte, les personnages de roman policier les plus pittoresques et attachants qui nous aient été donnés à découvrir ces dernières années. Dans le Londres de la fin du XIXè siècle qui sert de cadre à leurs exploits, c’est en effet le code hypocrite de bonne conduite de la société anglaise de l’époque qui se trouve singulièrement mis à mal, sa corruption et sa fausse respectabilité. Anne Perry ou le polar au vitriol : décapant!

Ma lecture :

Voici une histoire atypique : un homme a été déterré et installé comme conducteur de cab. Puis redéterré et installé sur son banc à l’église. Mais enfin qu’est ce que c’est que cette histoire ? Aurais-ce été un meurtre masqué ?
L’intrigue est passionnante car elle a attrait à la politique, à l’histoire des hospices, à la manière dont la population pauvre survivait  dans les bas fonds londoniens.
J’ai beaucoup aimé le rythme de l’histoire, les intrigues et j’aime définitivement l’inspecteur Pitt tellement atypique et d’une grande sagesse.

De plus, il y a des passages drôles entre les policiers.
Les romans de cette auteure se suivent et ne ressemblent pas.

Ma note : 4/5

Asphodèle l’a lu en même temps que moi !!!!

Ce billet fait parti du challenge chez Syl

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Le crime de Paragon Walk d’Anne Perry

Quatrième de couverture :

Londres, 1884. La luxueuse avenue de Paragon Walk s’éveille en plein drame : une innocente jeune fille de dix-sept ans, Fanny Nash, y a trouvé la mort, violée et étranglée. L’inspecteur Pitt est chargé de l’affaire. Sa tâche s’avère encore plus délicate que d’habitude. Une nouvelle fois confronté à l’aristocratie, il va aussi devoir enquêter chez Lady Emily Ashworth, la soeur de sa chère épouse Charlotte ! Fanny a été agressée alors qu’elle revenait de chez Emily et George, son mari, reste très évasif sur son emploi du temps au moment du crime. Cacherait-il quelque chose ? L’enquête piétine. Bien décidée à percer le mystère, Emily entraîne Charlotte dans les réceptions mondaines. À la quête des petits secrets qui cachent les grandes dépravations, elles démasqueront un coupable complètement inattendu.

Brillante critique sociale de l’aristocratie anglaise de la fin du XIXe siècle, cette troisième enquête de l’inspecteur Pitt, secondé par Charlotte et Emily, conjugue ambiance pesante et coups de théâtre qui raviront le lecteur. –Sophie Colpaert

Ma lecture :

On retrouve dans cette histoire tout ce qui fait le charme des lectures de cette auteure : l’époque victorienne, les personnages finement décrits, l’histoire au suspens haletant.
Cet opus se démarque des deux premiers tomes de Charlotte et Pitt car on est définitivement pas aux pays des petits oiseaux qui chantent.  Outre le fait qu’il s’agisse de viol et de meurtres, les couples que l’on aimerait voir uni ne le sont pas autant que l’on le souhaiterait, les mascarades sont dures à réveler, les faiblesses des uns et des autres sont montrées d’une manière brutale et sans concession. Ils ont beaux être riches à Paragon Walk, il n’empêche qu’ils font pitié avec leur suffisance et leur morale à deux vitesses.
Comme vous pouvez le lire, j’ai trouvé cette histoire plus violente malgré le fait que les crimes soient moins nombreux que dans « l’étrangleur de Cater Street ». Je pense que c’est du au fait qu’il y a moins de personnages qui inspirent de la sympathie et que les héroïnes, Charlotte et Emily, sont plus touchées dans leur choix de vie.
Je recommande chaudement la lecture de cette histoire qui est une merveille d’intrigues policières et d’observations psychologiques.

ma note : 5/5

Livre qui rentre dans le challenge Anne Perry de Syl chez Thé, lectures et macarons

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’étrangleur de Cater Street d’Anne Perry

Quatrième de couverture :

Suffragette avant l’heure, l’indomptable Charlotte Ellison contrarie les manières et codes victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o’clock.
Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s’étalent les faits divers les plus sordides.
Aussi bien le Londres des années 1880 n’a-t-il rien à envier à notre fin de siècle : le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie.
Dans cette nouvelle série  » victorienne « , la téméraire Charlotte n’hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard.
Charmante Sherlock Holmes en jupons, Charlotte a déjà séduit l’Angleterre et les Etats-Unis. La voici partie à l’assaut de l’Hexagone.

Ma lecture :

Autour de la rue Cater Street a lieu des meurtres sauvages. Des jeunes femmes sont tuées sans raison apparents. L’inspecteur Pitt va enquêter dans ce mlieu bourgeois qui se croit au dessus de tout soupçon et qui bien entendu, pense que les meurtriers et autres criminels ne dépassent pas certains quartiers.
Anne Perry dépeint férocement ce milieu bein-pensant où l’on sait tout juste la couleur des cheveux des bonnes et où l’on critique abondamment les moeurs des « petits-gens » en s’auto-félicitant de sa supériorité. Le pasteur en prend pour son grade également. Charlotte, l’héroïne de l’histoire, est une jeune femme avec un caractère bien trempé, qui va peu à peu ouvrir les yeux sur le monde et se rendre compte de l’hypocrisie du milieu dans lequel elle vit grâce à ses conversations avec l’inspecteur Pitt, le policier chargé de l’enquête.
L’histoire est trépidante, les personnages très très intéressants. Je suis surprise de la grande humanité de ce récit. Ce livre n’est pas qu’une enquête policière, c’est une description fine et pertinente de relations humaines, des liens qui se tissent, de fragilités des personnes.
C’est un très bon roman.

Ma note : 5/5

Ce livre rentre dans le challenge de Syl chez Thé, lectures et macarons (superbe challenge)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Challenge Anne Perry : Le mystère de Callander Square

Challenge chez Thé, lectures et macarons.
J’avais un livre de cette auteure dans ma PAL et comme de par hasard, Thé, lectures et macarons organise ce challenge.

Alors voici ma première lecture : « Callander square ». Vous pourrez remarqué que je n’ai pas suivi les conseils de commencer par le premier et ma foi, ça m’a juste envie de lire le premier en urgence.

Quatrième de couverture :

 » Les amoureux de la fiction historique et policière doivent absolument connaître cette nouvelle série qui se déroule dans l’Angleterre de la reine Victoria. Une ambiance d’époque lourde de sensualité, une écriture et des dialogues de haute tenue, une description des classes sociales parfaitement convaincante et des personnages profondément humains ; voilà qui rend la lecture des romans d’Anne Perry absolument inoubliable.  » Library Journal

Ma lecture :

Cela faisait très très longtemps que j’avais lu un livre qui me fasse louper ma station de métro. Vous savez quand vous êtes passionnée par une histoire et que vous avez l’impression que le monde entier à conspirer contre vous pour empêcher de lire ce livre.
Et bien ce livre est passionnant, palpitant. L’histoire est très bien trouvée, même en lisant la fin dès le début, j’ai quand même pas pu me détacher de ce livre (c’est dire !). Oui, je sais c’est nul de lire la fin d’un roman policier au début de sa lecture mais sinon je bâcle la lecture et après je comprends plus rien.
Bref, Anne Perry arrive à planter tellement bien le décor et les personnages que l’on s’immisce dans l’intimité de chaque protagoniste, on se les imagine parfaitement et ils deviennent réels.
Le banquier poltron qui culbute ses bonnes, le géneral écrivant sur les guerres vécues pour sa famille, la petite dinde prétentieuse qui doit se marier en urgence, etc.
Toutes ses vies, les faiblesses des protagonistes, leurs motivations rendent cette lecture palpitante. C’est super bien écrit. Le personnage de l’inspecteur Pitt est très sympathique, Charlotte, sa femme encore plus.
Bon, si vous ne l’avez pas encore compris, je vous recommande chaudement cette lecture.

Ma note : 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !