» Et arrêtez de mater sous ma jupe ! »

Marisol Winston est une riche héritière qui occupe son temps en faisant du shopping. Elle adore faire des cadeaux et souffre du complexe de mésestime d’elle-même qu’elle masque avec des achats compulsifs.
Elle ne veut pas travailler avec son père dans la décoration pas chère et faute d’avoir un métier satisfaisant, elle joue le rôle de l’héritière fêtarde avec beaucoup d’applications. Jusqu’au jour où son père, ses amies et sa belle-mère décident que Marisol a besoin d’une cure de désintoxication.
Cure qui se compose d’un séjour dans un centre et d’un stage pratique. Stage qui est d’être la nounou de triplés âgés de 7 ans – qui ont épuisé pas mal de professionnelles – et de tenir la maison de Cash. Celui-ci essaye de retrouver sa place de footballeur professionnel.
Je n’avais pas du tout aimé « l’accro du shopping » et c’était avec une petite appréhension que j’ai commencé à lire cette histoire. Mais ce livre n’a rien à voir avec l’accro.
Marisol est une jeune femme pleine d’humour qui a eu une enfance très mouvementée et pallie ce manque d’amour par les achats doudous. Son séjour au centre est drôle et son arrivée dans la maison d’été de Cash est également hilarante.
Elle est pétillante, plein d’imagination et foncièrement gentille.
Cash est émouvant par son combat pour retravailler pour pouvoir avoir plus de droits de garde.
Les enfants sont drôles et attachants.
Cette histoire a été un très bon moment de lecture malgré quelques stéréotypes mais ça reste une histoire très agréable à lire.

Ma note : 5/5

La formule préférée du professeur d’Yoko Ogawa

la_formule

Quatrième de couverture :

Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d’une soixantaine d’années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l’autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes. Chaque matin en arrivant chez lui, la jeune femme doit de nouveau se présenter – le professeur oublie son existence d’un jour à l’autre – mais c’est avec beaucoup de patience, de gentillesse et d’attention qu’elle gagne sa confiance et, à sa demande, lui présente son fils âgé de dix ans. Commence alors entre eux une magnifique relation. Le petit garçon et sa mère vont non seulement partager avec le vieil amnésique sa passion pour le base-ball, mais aussi et surtout appréhender la magie des chiffres, comprendre le véritable enjeu des mathématiques et découvrir la formule préférée du professeur… Un subtil roman sur l’héritage et la filiation, une histoire à travers laquelle trois générations se retrouvent sous le signe d’une mémoire égarée, fugitive, à jamais offerte..


Pourquoi ce livre ?

Il était sur une grand table dans ma librairie préférée avec une jolie note de lecture marquée « lecture émouvante montrant la difficulté de vivre avec des troubles de la mémoire ». Et puis, le nom de l’auteur commence par la lettre O !

Ma lecture :

Le résumé de la quatrième de couverture est très bien fait, donc je n’ai rien à rajouter sur le contenu du livre.
Sur mon ressenti, et bien, n’étant ni calée sur les nombres premiers ni sur le base-ball, ce livre m’a paru bien long.
La plume n’est pas extraordinaire de par son style ni par le vocabulaire et l’histoire est un peu émouvante mais pas transcendante. De tout cela vous pourrez conclure que cette lecture ne pas laissée sur ma chaise en émoi !!! C’est une jolie histoire sans plus.

Un extrait :

« Il traitait Root comme un nombre premier. De la même manière que pour lui les nombres premiers constituaient la base sur laquelle s’appuyaient touts les nombres naturels, il pensait que les enfants étaient un élément indispensable pour nous, les adultes. Il croyait que c’était grâce aux enfants qu’il existait ici et maintenant. »
Note : 3/5

challenge

le_tour_du_monde