On peut être un homme sexy avec des nattes

dans les romances… sinon c’est beaucoup plus difficile (et pis y a pas de photos – faut croire ce que dis l’auteure).

Donc cet homme natté est le laird d’un clan de Highlanders ayant eu de graves déboires, 8 ans avant. Il est décidé à se venger de l’homme qui a provoqué ces catastrophes.
Cet homme, Duncan Cameron veut à tout prix trouver l’héritière d’un territoire, l’épouser et lui faire un enfant pour pouvoir posséder les terres et la fortune qui va avec. Ses soldats trouvent Mairin Stuart dans un couvent et en chemin elle protège Crispen, petit garçon perdu et fils de Ewan McCabe (l’homme sexy à la coiffure époustouflante). Elle réussit à s’enfuir et se retrouve soupçonner d’être du côté des méchants quand Crispen retrouve sa famille.
Je ne suis pas fan des récits d’Highlanders car je trouve ça souvent très violent (oui, moi, j’aime bien l’époque victorienne où l’on risque seulement de se couper légèrement la main avec un coupe-papier ou piquer par une abeille – ahhhh Colin, ahhh Antony !!!). De plus, les highlanders sont difficiles à suivre avec leurs histoires de clan et de complot, etc.
Mais pas ce livre ! L’histoire est claire, il n’y a que trois frères avec des caractères et une histoire bien définie (donc on peut se dire que la suite sera extrêmement sympathique à lire également).
Donc, Ewan se retrouve face à ce petit bout de femme têtue, qui tremble de peur mais qui ne baisse pas les yeux, qui manque de tomber dans les pommes tellement elle a été maltraitée par l’affreux méchant, et il ne sait pas quoi en faire ni en penser. Il n’a pas d’autre choix que de la garder car son fils est collé à elle comme une moule à un rocher et il doit la surveiller car elle a tendance à faire des choix non judicieux. Pour résumé, elle met le bazar.
Je l’adore cette héroïne. Elle est jolie (mais c’est pas vraiment sur), elle est généreuse, sanguinaire (faut voir ce qu’elle veut faire subir aux traîtres), elle dit à haute voix ce qu’elle pense et est persuadée de savoir ce que doit être l’amour (passages à ne pas manquer quand elle explique à Ewan comment l’embrasser entre autres).
Ewan est un vrai mec, équitable avec son peuple, n’hésitant pas à remettre Mairin à sa place combien même ça ne lui plaît pas.

Ca a été un vrai bon moment de lecture avec des personnages principaux attachants et des personnages secondaires bien campés.

Je vous le recommande !

Ma note : 5/5

Ce livre rentre dans le challenge Petit Bac 2013 dans la catégorie Objet : Bah oui, on est dans le LIT du highlander ! C’est y pas un beau challenge romanesque ça !

80010040_p

Qui veut d’un héros charmeur, beau gosse … un mâle, un vrai

Quatrième de couverture :

Réputé pour son habileté à manier l’épée et à briser les cœurs, Alex MacDonald a fait le serment de ne jamais se marier. Pourtant son chef de clan lui demande le sacrifice ultime – épouser Glynis MacNeil, la fille d’un allié. Il fait alors la connaissance de la jeune femme, une rare beauté, connue dans tous les Highlands pour son caractère rebelle. Échaudée par les infidélités de son précédent mari, Glynis refuse de se laisser amadouer par un autre coureur de jupons. Mais Alex n’est pas n’importe quel séducteur…

Ma lecture :

J’avais adoré le premier tome de cette série et j’avais hâte de retrouver ces quatre amis. Dans ce tome, c’est Alex qui est le héros. Alex, le beau gosse, le charmeur qui a plus de femmes à ses pieds qu’il lui en faut et qui rencontre comme seul problème le fait de vouloir les quitter sans que ça fasse des histoires. Son cousin, Duncan, l’envoie chez les MacNeil pour essayer de savoir ce qui se passe chez les rebelles.
Il rencontre la fille aînée de MacNeil, Glynis qui est fermement décidée à ne pas se remarier. Tout les moyens sont bons pour y échapper. Elle demande à Alex de s’enfuir avec lui à Edimbourg. Alex est contre les mariages mais non contre les rapprochements en dehors de ces liens et les aventures partagées lors de ce périple va l’aider.
L’histoire est trépidante. Des événements surviennent fréquemment mais sans que cela soit compliqué à suivre (les histoires de clan sont parfois tellement complexes qu’il faudrait prendre des notes pour s’y retrouver).
J’ai adoré Alex. Il a tout pour lui, charmeur, plein d’humour, courageux, tendre. Glynis est une jeune femme très courageuse, une battante que j’ai beaucoup appréciée également.

J’ai lu ce livre en 24 heures et je ne l’ai pas lâché.

Je vous le recommande.

Ma note : 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mariés par devoir, amants pour toujours. Les frères Malory tome 10 de Johanna Lindsey

Quatrième de couverture :

Depuis l’enfance, Julia Miller est promise à Richard Allen, même si elle l’a haï au premier regard. Heureusement, Richard a eu le bon goût de disparaître aux Caraïbes. Neuf années se sont écoulées. Désormais seule à la tète des affaires familiales, Julia songe à annoncer la mort de Richard. Il va pourtant réapparaitre brusquement dans sa vie, attiré à Londres par la présence d’une femme qui le subjugue : Georgina, l’épouse du redoutable James Malory, qu’il compte bien séduire envers et contre tous. Bien sùr, Julia et Richard se détestent toujours autant mais, dès lors, ils vont s’acoquiner dans le but de rompre ce maudit contrat qui les lie de manière irrévocable.

Ma lecture :

C’est le dernier de la série et tant mieux.
Déjà, ne cherchez pas pourquoi il est intitulé les frères Malory car ça fait un moment qu’on nage dans des eaux parallèles.
Mme Lindsey me donne vraiment l’effet de manquer d’imagination et de répéter à l’infini la même litanie : « bâteau – gentil pirate (enfin pas pirate mais ça fait mieux de dire que s’en est un) -beau gosse – belle jeune fille – James et son mauvais caractère « . Comme ce n’est pas une série à lire si on veut se marrer et bien, ma foi, ça a ses limites. Alors pour pimenter cet opus, il y a un très méchant papa, une enfance du héros horrible et il s’est vengé sur l’innocente héroïne. Héroïne d’ailleurs, qui est affublé d’un papa subclaquant.
Bien sûr, je ne lis pas ce genre de livre à la recherche d’une crédibilité sans faille mais j’aime quand ça ressemble à quelque chose. Et là, j’avoue, pour moi, ça ressemble à rien.
Il est à noter que j’ai déjà oublié l’histoire des autres tomes d’ailleurs (à part le 2 et 3).
Comme quoi, ce n’est pas bon de vouloir persévérer…

Ma note : 1/5

PS : Et j’aimerai pas être affublé de la robe de la couverture (qui me fait penser au noeud autour d’un ballotin de chocolat – fin du HS)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le crime de Paragon Walk d’Anne Perry

Quatrième de couverture :

Londres, 1884. La luxueuse avenue de Paragon Walk s’éveille en plein drame : une innocente jeune fille de dix-sept ans, Fanny Nash, y a trouvé la mort, violée et étranglée. L’inspecteur Pitt est chargé de l’affaire. Sa tâche s’avère encore plus délicate que d’habitude. Une nouvelle fois confronté à l’aristocratie, il va aussi devoir enquêter chez Lady Emily Ashworth, la soeur de sa chère épouse Charlotte ! Fanny a été agressée alors qu’elle revenait de chez Emily et George, son mari, reste très évasif sur son emploi du temps au moment du crime. Cacherait-il quelque chose ? L’enquête piétine. Bien décidée à percer le mystère, Emily entraîne Charlotte dans les réceptions mondaines. À la quête des petits secrets qui cachent les grandes dépravations, elles démasqueront un coupable complètement inattendu.

Brillante critique sociale de l’aristocratie anglaise de la fin du XIXe siècle, cette troisième enquête de l’inspecteur Pitt, secondé par Charlotte et Emily, conjugue ambiance pesante et coups de théâtre qui raviront le lecteur. –Sophie Colpaert

Ma lecture :

On retrouve dans cette histoire tout ce qui fait le charme des lectures de cette auteure : l’époque victorienne, les personnages finement décrits, l’histoire au suspens haletant.
Cet opus se démarque des deux premiers tomes de Charlotte et Pitt car on est définitivement pas aux pays des petits oiseaux qui chantent.  Outre le fait qu’il s’agisse de viol et de meurtres, les couples que l’on aimerait voir uni ne le sont pas autant que l’on le souhaiterait, les mascarades sont dures à réveler, les faiblesses des uns et des autres sont montrées d’une manière brutale et sans concession. Ils ont beaux être riches à Paragon Walk, il n’empêche qu’ils font pitié avec leur suffisance et leur morale à deux vitesses.
Comme vous pouvez le lire, j’ai trouvé cette histoire plus violente malgré le fait que les crimes soient moins nombreux que dans « l’étrangleur de Cater Street ». Je pense que c’est du au fait qu’il y a moins de personnages qui inspirent de la sympathie et que les héroïnes, Charlotte et Emily, sont plus touchées dans leur choix de vie.
Je recommande chaudement la lecture de cette histoire qui est une merveille d’intrigues policières et d’observations psychologiques.

ma note : 5/5

Livre qui rentre dans le challenge Anne Perry de Syl chez Thé, lectures et macarons

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

La ronde des saisons tome 4 : Scandale au Printemps de Lisa Kleypas

Quatrième de couverture :

Des quatre amies qui semblaient vouées à rester vieilles filles, Daisy Bowman est désormais la seule célibataire. Impatient de rentrer en Amérique où ses affaires l’appellent, son père lui lance un ultimatum : soit elle trouve dans l’urgence un riche époux, soit il la mariera à Matthew Swift, son associé. Daisy bondit. Quoi ? épouser ce Bostonien hautain et sans humour ? Plutôt convoler avec le premier venu, ce qu’elle ne se prive pas de dire au principal intéressé. Mais Matthew Swift se révèle infiniment plus troublant que dans son souvenir et Daisy, peu à peu, se laisse prendre au charme. Jusqu’au jour où il lui avoue qu’il ne pourra jamais l’épouser…

Ma lecture :

Ce tome raconte l’histoire d’amour de la dernière « laissée pour compte » des héroïnes de « la ronde des saisons », avant de toutes les retrouver dans le tome 5 « retrouvailles ».

Le personnage de Daisy m’a beaucoup plu car c’est une amoureuse des livres dotée d’un imagination débordante. Elle est petite avec un tempérament vif, j’ai très bien imaginée cette jeune fille.
Elle connait Matthew Swift depuis longtemps mais l’avait toujours  vu comme un jeune homme voulant plaire à son père ce qui le rendait indésirable d’office. Et voici que Matthew arrive, il est tendre, a de l’humour et semble être attiré par elle. Et là, vous me direz, tout va « bene », non ? Et bien non, ce serait beaucoup trop simple et nous n’aurions pas de motivation à lire 350 pages d’histoire sans complications (qui a dit qu’il n’y avait rien de plus ennuyeux que de voir des gens heureux ?).
Matthew a un secret….

Bon, j’avoue que ce qui m’a plu dans ce tome ce les sont les deux héros avec en arrière fond, les héroïnes des autres tomes, surtout Lillian et ses remarques toujours aussi franches.
Leur histoire est jolie, c’est un livre agréable à lire pour étoffer la série des personnages pour lesquels on a de la tendresse.

Ma note : 3/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lady Scandale de Loretta Chase

Quatrième de couverture :

Agent des Services secrets britanniques, James Cordier est envoyé à Venise afin de récupérer chez une célèbre courtisane des lettres prouvant que son ex-époux est coupable de haute trahison. Séduire cette courtisane, lui subtiliser les lettres… une opération de routine pour James. N’est-il pas un don Juan professionnel, un menteur patenté, un comédien dans l’âme et le roi du déguisement ? Seulement, Francesca Bonnard n’est pas n’importe quelle catin. Belle, intelligente, cultivée, elle est aussi experte que James dans l’art de la séduction. C’est donc un duel au sommet qui s’annonce entre deux redoutables adversaires…

Ma lecture :

Excellent ! J’ai adoré ce livre.

Déjà, il narre l’aventure de deux héros ayant de l’expérience (et oui ! pour une fois, l’héroïne n’est pas une jeune vierge effarouchée -quoique ce n’est pas trop le style de l’auteure les héroïnes effarouchées). Enfin, bref, James est un homme agent secret qui doit récupérer des lettres auprès de Francesca, la reine des courtisanes à Venise. Il pense que ça va être facile mais c’est sans compter la méfiance et le caractère de Francesca.

J’ai aimé car James et Francesca ont un passé assez lourd, Francesca est une courtisane qui assume ce qu’elle fait et est fière de détenir du pouvoir. James n’a pas des pratiques plus correctes et donc leur rencontre est explosive.

Il y a du suspens, de l’humour et l’histoire est trépidante.

Très bon livre !

Ma note : 5/5

Critiques et infos sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les fausses confidences de Marivaux

Quatrième de couverture :

… il est permis à un amant de chercher les moyens de plaire, et on doit lui pardonner, lorsqu’il a réussi.  » Acte III, scène 12 « .

 

Ma lecture :

Ce livre m’a ennuyé. Je pense qu’il faut mieux aller voir la pièce que la lire. Je n’ai rien compris à toutes ces manigances et la fin m’a paru plus qu’improbable. Qu’on m’explique comment on peut tomber amoureux en moins d’une journée avec autant de va et vient, d’embrouillamini.

Bref, je n’ai rien trouver de plaisant à cette lecture .

Ma note : 1/5