Meilleurs voeux pour cette nouvelle année et premier livre de 2014

Déjà, bonne et heureuse année à vous tous et toutes. Que cette nouvelle année vous apporte ce que vous désirez, qu’elle vous garde en bonne santé et que vous trouviez plein de livres intéressants à lire 😉

Pour ma part, cette nouvelle année m’a vu en train de lire un aventure et passions (chose que je n’avais pas faite depuis mon burn out) et donc, je me devais de venir vous en parler !

Il s’agit de « Daniel Mackenzie, un sacré coquin ». Si on passe sur le fait que le titre est assez neuneu, je trouve, l’histoire est, elle, très bien.

51B+g7Rk9-L._SY445_
Daniel est le fils de Cameron que l’on a déjà rencontré dans « les pêchés de Lord Cameron » et un peu dans tout les tomes de la famille Mackenzie de Jennifer Ashley.
Daniel est adulte maintenant et il s’est calmé. Pas de trop pour qu’il reste un héros plus qu’intéressant, mais suffisamment pour faire des choix judicieux et avant gardiste. On le trouve en train de jouer au poker et de gagner face à un sombre personnage qui n’ayant pas d’argent, l’emmène voir un spectacle de spiritisme. Daniel tombe sous le charme de la fille de la supposée voyante en deux secondes et s’amuse à la mettre mal à l’aise pendant toute la séance. Violet, elle, essaye d’assister sa mère du mieux qu’elle peut avec un client pareil.

J’ai beaucoup aimé cette histoire car l’héroïne, Violet, est une jeune femme ayant souffert, qui a les pieds sur terre et qui essaye de se débrouiller le mieux possible pour vivre. Elle fait preuve d’ingéniosité, a de l’humour et de la répartie. Elle est attendrissante dans sa manière d’espérer sans oser de sa relation avec Daniel. Celui-ci est drôle, enjoué, têtu, passionné, tendre, bref, un héros comme je les aime.

Vous aurez compris que c’est un roman que j’ai beaucoup, beaucoup aimé et que je vous recommande chaudement.

Ma note : 5/5

Publicités

C’est pas du tout simple d’appartenir à cette famille …

Si comme moi, vous avez lu la saga des MacKenzie de Jennifer Ashley, vous savez que leurs vies ont été loin d’être simples. Ils feraient le bonheur de bon nombre de psychologues.
Mme Ashley a continué sa saga avec Mr Elliot McBride. Mr Elliot McBride est le frère d’Ainsley (héroïne du tome 3). Il ne dénote pas de la famille McKenzie, il est traumatisé. Ce monsieur tout à fait charmant est parti en Indes et les évènements se sont beaucoup compliqués là-bas. De retour en Ecosse, il assiste au presque mariage d’une amie d’enfance, Juliana St John qui se retrouve abandonnée au pied de l’autel par son fiancé. Elle va réfléchir dans la chapelle à la situation dans laquelle elle se trouve et c’est tout naturellement qu’elle propose le mariage à Elliot (qui dormait sur un banc…). En effet, Juliana a toujours été attirée par Elliot qu’elle connaît depuis l’enfance et vice-versa.

J’ai aimé cette histoire car ce sont deux personnages qui se connaissent et qui s’aiment. Même si ils ne le s’avouent pas, ce n’est pas un grand mystère. Ils ont de l’estime l’un pour l’autre et c’est bien une jolie histoire que celle-ci.

Il n’y a pas de grandes originalités ni de grandes découvertes dans ce roman mais c’est une histoire tout en douceur sur le rétablissement après un gros traumatisme et il y a quelques péripéties. Les personnages secondaires sont sympathiques et atypiques et même si la découverte du traumatisme d’Elliot n’en fait pas un roman « bonbon tout rose », c’est une jolie histoire pleine de tendresse. Une agréable lecture, quoi !

Ma note : 4/5

La duchesse MacKenzie

Comme le dit si bien le titre anglais « the duke’s perfect wife », c’est une femme parfaite qu’il faut à Hart MacKenzie. Cet homme que l’on a déjà rencontré dans les tomes consacrés à ses trois frères (ici, ici et ici) est un homme décrit comme limite despotique, couvant et étouffant ses frères par un excès de craintes. Ce qui est parfaitement normal quand on connaît l’histoire familiale mais qui ne rend pas le héros sympathique. L’histoire de cette famille n’est pas drôle et les récits sont assez « noirs » mais ce qui rend passionnant cette série, c’est le charisme des héros, leur sensibilité et leur caractère. Et bien Hart m’a laissé  toute froide. Il est toujours aussi arrogant, c’est un homme qui se bat pour être premier ministre. Il a les dents qui rayent tellement le parquet qu’il est difficilement supportable.
A côté de cela, vous mettez une héroïne comme je les aime, avec du caractère, intelligente, indépendante, que toute la famille MacKenzie adore et vous avez la raison pour laquelle j’ai quand même continué cette lecture.
L’histoire est rondement menée entre la chasse aux photos coquines et des incidents diplomatiques. L’évolution de Hart est intéressante à lire mais je suis surtout fan d’Ainsley.

Donc un bon opus !

Ma note : 4/5

Les péchés de Lord Cameron de Jennifer Ashley

Quatrième de couverture :

Dame d’honneur, Ainsley Douglas est chargée de récupérer  des lettres compromettantes pour la reine. Pour mener à bien
sa mission, elle doit fouiller la chambre de lord Cameron  Mackenzie, un Ecossais au charme redoutable qui, l’ayant
surprise, décide sans le moindre scrupule de la mettre dans son lit. Commence alors un jeu grisant du chat et de la souris.
Ainsley a beau défendre sa vertu, Cameron est irrésistible. Et dangereux. On dit que son épouse s’est tranché la gorge, mais
ne l’aurait-il pas plutôt tuée de ses propres mains ?

Ma lecture :

C’est la suite des aventures des frères MacKenzie. Cameron est un sauvage, un rustre qui n’aime que les chevaux, boire, jouer et s’occuper de son fils.
Il y a 6 ans, il a surpris Ainsley Douglas  dans sa chambre en train de lui voler des bijoux. Il voulait en faire sa maîtressse mais elle s’était enfuie. Il la retrouve six ans après dans la même situation et décide qu’il ne la laissera pas s’échapper cette fois-ci.
J’ai beaucoup aimé cette histoire car Cameron est pas du tout mon genre de héros (je l’imagine assez moche même) mais il m’est profondément sympathique. J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce héros qui cache un gros traumatisme et qui croise une jeune femme qui est un vrai baume pour ses blessures. Ainsley m’a tout de suite été sympathique par sa droiture, son absence de chichis, son amour des pâtisseries et la grande tolérance qu’elle a pour les gens en général.
Daniel, le fils de Cameron, est attendrissant .

C’est une histoire qui se lit très bien.

Ma note : 4/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’épouse de Lord MacKenzie de Jennifer Ashley

Quatrième de couverture :

A dix-huit ans, Isabella a bravé l’autorité parentale pour épouser lord Mackenzie, peintre passionné dont elle est devenue la muse. Pourtant, lasse des libations exagérées de son mari, elle a fini par le quitter. Trois ans plus tard, elle revient vers Mac pour l’avertir qu’un inconnu vend des toiles sous son nom. S’il prend l’affaire à la légère, Mac ne cache pas à Isabella qu’il est prêt à tout pour la reconquérir. Mais, lorsque le mystérieux faussaire sort de l’ombre pour s’en prendre à elle, Mac réalise qu’il pourrait bien la perdre une fois encore et, cette fois, pour toujours…

Ma lecture :

Ce tome est le second tome de cette saga.
Bon, je le dis d’office, je l’ai moins aimé que le premier et le troisième. J’aime l’histoire un peu torturée de cette famille et le caractère sombre de ces héros. Malgré le fait que c’est quand même pas des petits traumatismes-le père était un fou furieux – ce qui heurte mon petit coeur fragile qui cherche une romance intéressante avec des héros merveilleux qui cherchent le salut dans le mariage pour panser leur coeur blessé mais pas trop sinon ça me rend triste. Oui, je sais, c’est pas simple comme cahier des charges.
Dans ce tome, c’est l’histoire de Mac, l’artiste, qui est narrée et de sa femme dont il s’est séparé pour une cause mystérieuse.

Cette histoire raconte les difficultés rencontrées pour se remettre en couple une fois la confiance abimée, comment continuer après un traumatisme, les difficultés pour créer… Bref, c’est pas joyeux, c’est pas drôle mais c’est d’une grande humanité. Les réactions et les souffrances sont tellement bien retranscrites que j’y adhérais : les difficultés du sevrage en alcool, de la séparation… C’est ce qui fait tout l’intérêt et la « patte » de cette auteure.
Il faut quand même dire qu’il y en a des choses qui se passent avec ces kilts. Je n’en reviens pas qu’on puisse rendre sexy ce vêtement 😉
Bref, ce tome est une agréable transition entre le premier et le troisième.

Ma note : 3/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

la folie de lord mackenzie de Jennifer Ashley

Quatrième de couverture :

Il faut être fou pour demander une femme en mariage cinq minutes après l’avoir rencontrée! De fait, Ian Mackenzie a passé plusieurs années à l’asile où son père l’a fait enfermer. Bien que charmée par ce doux excentrique, la belle Beth Ackerley ne peut que décliner son offre. Elle est veuve et raisonnable. Mais voilà qu’il la suit à Paris et que tout s’accélère : Ian a beau se prétendre incapable d’aimer, un désir fou les jette bientôt dans les bras l’un de l’autre. Et Beth se sent perdre la tête pour son bel Ecossais, au mépris de sa scandaleuse réputation et des accusations de meurtre portées contre lui…

Ma lecture :

Ce livre est passionnant.
Beth est une jeune veuve qui rencontre Ian, jeune aristocrate étiquetté « fou ». Ils ont tout de suite des affinités et sont attirés l’un par l’autre. Ian a une mémoire extraordinaire, fuit les contacts visuels avec les personnes et ne sait pas comment se comporter dans pas mal de situations. C’est un héros étrange dont on ressent les tourments.
Sa rencontre avec Beth est magique. Elle est charnelle (il y a des passages chauds-bouillants) et se transforme au fur et à mesure en quelque chose d’indispensable.Cette relation est très belle.

De plus, j’ai beaucoup appréciée l’écriture de Jennifer Ashley.
C’est une jolie écriture, fluide sans frioritures et qui transmet très bien les sentiments des personnages.

Vous greffez par dessus une histoire de meurtre et vous pouvez plus décrocher du livre !

Ma note : 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !