Villages de John Updike

Quatrième de couverture :

Owen Mackenzie est un Américain ordinaire – informaticien à la retraite, marié deux fois, père de quatre enfants. Pourtant sa vie est loin d’être paisible : son passé l’aide à combler le vide absurde creusé par la vieillesse, mais lui pèse aussi. Que reste-t-il ? Les villages dans lesquels il a vécu, les femmes qu’il a rencontrées, épouses et maîtresses, ces amours crus et tendres dont il s’est nourri.

Pourquoi ce livre ?

Parce qu’il était proposé par notre ami BOB en partenariat avec les éditions le point.

Ma lecture :

Quelle catastrophe !

Ce livre est brouillon au possible. Au début le narrateur raconte sa vie actuelle entrecoupée de ses souvenirs d’enfance sans transition. Pour finir je ne savais plus à quelle époque j’étais. J’ai failli laisser tomber la lecture pour cause de maux de tête récurrents. J’ai persévéré en espérant que sa lecture it facile ensuite, avec un petit espoir que l’histoire se révèle intéressante et … échec !

Le narrateur nous raconte sa rencontre avec sa première femme, il part dans des descriptions sans intérêt.

J’ai eu un sentiment de gâchis en lisant ce livre. L’impression qu’il aurait été intéressant à lire mais que la forme a tout détruit.

Je me suis arrêtée à la moitié car j’estimais en avoir assez subi !

Ma note : 1/5 (premier livre à inaugurer cette note ! )

Merci à

et aux éditions POINTS

Critiques et infos sur Babelio.com

La formule préférée du professeur d’Yoko Ogawa

la_formule

Quatrième de couverture :

Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d’une soixantaine d’années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l’autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes. Chaque matin en arrivant chez lui, la jeune femme doit de nouveau se présenter – le professeur oublie son existence d’un jour à l’autre – mais c’est avec beaucoup de patience, de gentillesse et d’attention qu’elle gagne sa confiance et, à sa demande, lui présente son fils âgé de dix ans. Commence alors entre eux une magnifique relation. Le petit garçon et sa mère vont non seulement partager avec le vieil amnésique sa passion pour le base-ball, mais aussi et surtout appréhender la magie des chiffres, comprendre le véritable enjeu des mathématiques et découvrir la formule préférée du professeur… Un subtil roman sur l’héritage et la filiation, une histoire à travers laquelle trois générations se retrouvent sous le signe d’une mémoire égarée, fugitive, à jamais offerte..


Pourquoi ce livre ?

Il était sur une grand table dans ma librairie préférée avec une jolie note de lecture marquée « lecture émouvante montrant la difficulté de vivre avec des troubles de la mémoire ». Et puis, le nom de l’auteur commence par la lettre O !

Ma lecture :

Le résumé de la quatrième de couverture est très bien fait, donc je n’ai rien à rajouter sur le contenu du livre.
Sur mon ressenti, et bien, n’étant ni calée sur les nombres premiers ni sur le base-ball, ce livre m’a paru bien long.
La plume n’est pas extraordinaire de par son style ni par le vocabulaire et l’histoire est un peu émouvante mais pas transcendante. De tout cela vous pourrez conclure que cette lecture ne pas laissée sur ma chaise en émoi !!! C’est une jolie histoire sans plus.

Un extrait :

« Il traitait Root comme un nombre premier. De la même manière que pour lui les nombres premiers constituaient la base sur laquelle s’appuyaient touts les nombres naturels, il pensait que les enfants étaient un élément indispensable pour nous, les adultes. Il croyait que c’était grâce aux enfants qu’il existait ici et maintenant. »
Note : 3/5

challenge

le_tour_du_monde