sortie par temps de pluie à Paris

opéra Garnier

opéra Garnier

 

Je suis l’heureuse maman d’un petit garçon de 7 ans. Romain aime beaucoup cocooner et pour le faire sortir de l’appartement par temps de pluie, il faut se lever très tôt (et là, c’est moi qui ne suis pas).
Ayant eu de très bon retour d’une amie sur le concept des visites avec les guides du site « Paris enfants », nous avons tenté la visite de l’opéra Garnier.
Nous connaissions, mon mari et moi, l’opéra Garnier car j’avais eu la joie d’y aller voir un ballet. Autant dire que je n’avais pas beaucoup profité du décor ne m’y étant pas sentie très à l’aise (par contre, j’adore l’Opéra Bastille – mes racines prolétariennes sans doute, s’y sentent plus à l’aise).

Donc, nous voilà partis avec pour bagages, pour moi, la joie de dégainer mon appareil photo, la crainte que Romain au bout d’un quart d’heure nous dise « c’est quand que ça finit » et le grand optimisme de mon mari qui était persuadé d’avoir trouvé THE sortie culturelle qui sauvera notre week-end.

Et bien, c’était génial ! Notre guide était très prolixe, drôle, se mettait à la hauteur des enfants et a passionné aussi bien les petits que les grands. Nous avons appris plein de nouveaux mots, pleins d’anecdotes. Nous avons regardé fascinés les dorures, les allégories et les torchères (moins bête, je suis sortie) et mon fils, qui n’a pas beaucoup de patience, a tenu les deux heures sans râler, le premier à suivre le guide et à dessiner sur son petit guide.

Une totale réussite. Faut y mettre le prix (10 euros par personne pour la visite + 10 euros l’entrée au palais pour les adultes) mais ça vaut vraiment le coût si vous voulez faire une visite culturelle fort sympathique.

Je vous mets quelques photos (ne me demandez pas pourquoi je n’ai pas mis le flash, je ne sais pas. Mettons ça sur le dos du changement d’heure, j’étais fatiguée, j’ai du me croire au musée…).

 

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

opéra Garnier

 

Publicités

Complètement HS mais de circonstance : spectacle pour enfants à Paris

Ayant regarder la météo et ayant cru leurs prévisions parisiennes, mon homme a décidé d’aller voir un spectacle pour Piou-Piou. Etant parisiens, nous avons eu le choix et nous sommes tombés d’accord sur celui-ci :

 

Et ce fut une très très bonne idée.
Piou Piou a 4 ans et donc les références aux contes ne lui étaient pas connus. A part la sorcière qui lui a fait un peu peur « mais pas trop », il a passé un très bon moment…. et ses parents encore plus.
Mona est une jeune fille (l’actrice est adulte alors il faut se l’imaginer plus petite) qui a reçu une console vidéo pour cadeau. Celle-ci a une particularité, c’est qu’elle emmène Mona dans ses contes. Mona se retrouve donc en présence d’un génie fort sympathique, de la sorcière de Blanche-Neige qui utilise une cuillère en bois ikéa, de la sorcière Carabosse qui m’a fait me plier de rire avec son numéro avec son i-ball… Bref, un très bon moment de détente.
Je vous le recommande chaudement.

Le spectacle a lieu tout les jours pendant les vacances et le mercredi et samedi le reste de l’année .

http://comediedelapasserelle.blogspot.fr/2009/04/mona-au-pays-des-contes.html

Sur la soie de ta peau (Dressmakers tome 1) de Loretta Chase

Quatrième de couverture :

« Le mot que vous cherchez est style, Votre Grâce ». Le duc de Clevedon se demandait justement quelle qualité indéfinissable rendait Mme Noirot si fascinante. Celle qui ose se présenter comme « la plus grande couturière du monde » veut le convaincre que sa future femme doit lui commander toutes ses toilettes si elle veut tenir dignement son rang. Sous cette apparence gracieuse, Mme Noirot est une redoutable femme d’affaires. Clevedon devrait lui rire au nez. Il en est incapable. Car, bien que ses fiançailles soient sur le point d’être annoncées, c’est cette adorable roturière qui occupe toutes ses pensées.

Ma lecture :

L’héroïne, Mme Noirot est une descendante de la famille Delucey (pour ceux qui ont déjà lu la série sur les Carsington), c’est dire le caractère et le fort potentiel d’embobinage qu’à cette famille (Mme Noirot, ses deux soeurs et sa fille).
Elles ont leur propre maison de couture et pour avoir plus de clientes, elles décident de mettre le grapin sur la fiancée du Duc de Clevedon. Pour se faire, il faut déjà entrer en contact avec celui-ci qui baguenaude à Paris (pas très motivé le Monsieur de retrouver ses obligations à Londres). Il flashe sur Mme Noirot et comme il est bien de sa personne, elle a du mal à résister. Après, quelques épisodes où elle n’est pas passée inaperçue, elle décide de rentrer précipitamment à Londres.
L’histoire en elle-même n’est pas très originale mais j’ai adoré le contexte de la maison de couture car toutes les toilettes sont détaillées, les rubans, les choix des tissus, etc.
Quand je dis que l’histoire n’est pas très originale, c’est en comparaison avec les autres romans de cette auteure. On retrouve des points communs avec « Lady Carsington » par exemple mais pour les lectrices qui ne connaissent pas les autres livres de cette auteure, ce sera une très agréable lecture, je pense.
En tout cas, moi, je lui mets une note de 4/5 car les descriptions de la vie de couturière et le caractère des demoiselles m’a beaucoup plu.

Ma note : 4/5

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

La belle désenchantée de Meredith Duran

Quatrième de couverture :

Trop, c’est trop ! Abandonnée une fois encore par un amant inconstant au pied de l’autel, Gwen Maudsley, l’héritière la plus courtisée de Londres, décide qu’il est désormais grand temps de s’endurcir. Pour commencer, elle compte bien reconquérir sa liberté et s’affranchir des contraintes sociales. C’est inconvenant ? Tant mieux. Finies la gentillesse et l’abnégation ! Désormais elle ne pensera plus qu’à son bon plaisir. N’en déplaise à ce dévoyé d’Alex Ramsey qui, depuis la mort de son frère, se croit obligé de veiller sur elle.

Ma lecture :

Voici un roman mignon-tout-plein-à-croquer.
L’héroïne est adorable et pleine d’entrain. On aurait envie d’être sa copine.
Le héros est attendrissant dans ses essais pour devenir quelqu’un de non fréquentable pour que l’héroïne s’éloigne.
Gwen vient de se faire plaquer pour la seconde fois et décide que désormais, elle va vivre sa vie comme elle l’entend. Sauf qu’Alex se sent obligé de la suivre et a un peu de mal à lui résister.
J’ai adoré la description du Paris de la fin du XIXème siècle. J’étais ravie de lire ces passages sur ma ville adorée, je m’imaginais avec eux au Moulin Rouge, sur les quais. Je trouve que l’auteure est vraiment douée pour planter le décor et nous transporter dans les différents lieux avec yeux émerveillés. Les moments où Alex fait du charme à la tante de Gwen sont très drôles.

J’ai beaucoup aimé ce couple et cette histoire.

Ma note : 4/5

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Métronome de Lorant Deutsch

Quatrième de couverture :

Saviez-vous que la Lutèce des origines ne se situait pas sur l’île de la Cité, mais à Nanterre ? Que les derniers combattants gaulois massacrés par les Romains reposent sous la tour Eiffel ? Que les vestiges de la première cathédrale de Paris se trouvent sous le parking d’un immeuble moderne du Ve arrondissement ? Au fil de ses découvertes, Lorànt Deutsch vous emmènera vers ce qui fut le Pont-au-Change, ancêtre de la Bourse, puis chez ce bistrotier qui entasse ses bouteilles dans une cellule de la Bastille sauvée de la destruction, et tout au long des rues où se cachent des trésors que vous ne soupçonniez pas. Une promenade captivante, où défilent les seigneurs alliés comme les princes rebelles, et tout ce qui a forgé le pays. Vous verrez s’ériger des murailles contre l’envahisseur, s’agiter l’Église, s’imposer les marchands, s’ébrouer les artistes, l’Université s’installer sur des ballots de paille place Maubert, le peuple de Paris se soulever – violent, sanglant, emblématique -, et se construire ainsi toute l’histoire de France.

Pourquoi ce livre ?

Nous sommes des parisiens pure souche et comme avec mon amoureux nous avions déjà fait le tour de Paris avec un guide touristique il y a 6 ans car c’est bien connu que ce sont les habitants d’un ville qui la connaisse le moins, je me devais de pallier à ce manque.

Ma lecture :

Que j’ai eu du mal à lire ce livre ! Je l’ai commencé puis l’ai posé dans un coin. Mes souvenirs de cours d’histoire sont extrêmement vagues et sortie du XXè siècle, je nage en pleine semoule.

Autant dire la difficulté pour moi de suivre ce livre malgré le fait qu’il est très bien écrit et qu’il parle de ma ville que j’adore.

Il n’empêche que ce livre est très bien, l’auteur rend l’histoire de Paris, et par ce biais l’histoire de France, passionnante et donne envie de retourner sur les traces de vestiges parisiens.

C’est un très beau travail.

Ma note : 4/5