Dublin street de Samantha Young

dublin-street-283071-250-400

 

Dublin street est THE romance contemporaine que je lis et relis (enfin plus le tome suivant que celui-ci, mais c’est quand même une de mes romances préférées).
Pourquoi ? Parce que l’héroïne a vraiment mauvais caractère, n’est pas une petite chose fragile et que même si elle a de l’argent, elle n’a globalement pas une vie qu’on lui envie.
Joss est une jeune femme orpheline qui s’expatrie, après une frayeur, en Ecosse. Elle essaye d’écrire son premier roman et travaille le soir dans un bar. On la rencontre lorsqu’elle cherche une colocation. Elle prend un taxi avec un beau mec et arrive chez sa future coloc, Ellie. (L’histoire d’Ellie est racontée dans le tome 1,5 – Until the fontain bridge). Ellie est un amour et elles vont devenir amies.
Joss a pas mal de problèmes. Elle a des bouffées d’angoisse, a peur de s’engager, se confie très peu.
Et c’est là que j’applaudis l’auteure ! Joss ne guérit pas quand son prince charmant arrive ! Non, elle va voir un psy. Merci Mme Young, je pense que vous auriez perdu toute crédibilité si tout c’était résolu avec l’arrivée de … Braden.
Alors oui, c’est l’Homme. Il est beau, riche (mais à force de travail), arrogant, têtu, protecteur et peut être grossier quand Joss le cherche. Il va se donner beaucoup de mal pour la conquérir et ça ne sera jamais vraiment gagné.
Leur relation est belle, complexe, sexy. Joss est une magnifique héroïne courageuse et profondément humaine, Braden est un homme qui paraît froid mais auquel on découvre des failles. Ils ont une histoire passionnée avec des scènes qui donnent chaud.
L’histoire  est bien rythmée, l’évolution de leur relation et la progression de Joss dans son cheminement psychologique en fait une très bonne romance.

De plus, leur histoire est entourée de celle d’amis que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt.
Un super livre que je vous recommande

Ma note : 5/5

Publicités

Elizabeth Hoyt et la romance contemporaine

51ANfEmBGEL._Mme Julia Harper est Mme Elizabeth Hoyt. J’étais donc très curieuse de savoir si elle était aussi douée en contemporain qu’en historique.
Turner est une jeune femme, bibliothécaire la semaine, au guichet d’une banque le samedi. Ce samedi ne se passe pas comme les autres car il y a un hold-up. Elle profite de l’agitation du hold-up raté pour dérober le contenu du coffre-fort.
Le FBI est appelé à la rescousse et l’agent spécial John MacKinnon part à la poursuite de Turner.
L’histoire est sympathique à lire mais il ne faut pas être pointilleux ou amatrice de série policière. Les incohérences du roman pourraient complètement gâchées la lecture (comment elle peut continuer à téléphoner avec son mobile sans qu’ils la pistent par exemple ?).
Turner en jeune femme cherchant justice est une héroïne attachante. John s’entiche d’elle un peu trop rapidement à mon goût mais c’est également un personnage sympathique. Les 2 nases du hold-up sont assez drôles et qu’ils soient poursuivis par un agent BCBG du FBI est bien trouvé.
Donc un bon moment de lecture avec 2-3 passages chauds comme sait si bien faire cette auteure.
Je préfère largement les historiques de l’auteure tout de même.

Ma note : 3/5

Ce livre rentre dans le challenge objectif PAL : 3/12

92458024

C’était une bonne chose de commencer par le tome 2 …..

Après avoir lu le tome 2, j’avais hâte de connaître l’histoire d’Helena et David Hastings. Dans le tome 2, il l’aime éperdument et ne sait pas lui montrer ses sentiments autrement qu’en lui lançant des vannes. Il le fait si bien qu’elle le déteste. Surtout qu’Helena est têtue et pense être toujours amoureuse de Mr Martin (personnage quelconque). Elle va se retrouver marier à David pour sauver sa réputation et tout serait drôlement mal parti pour lui si elle n’avait pas une amnésie consécutive à un accident.
Les personnages sont très bien campés mais il manque un-je-ne-sais-quoi à l’histoire pour qu’elle soit vraiment géniale. Les dialogues sont intelligents, drôles mais Helena est trop butée pour que j’ai de l’empathie. Elle m’a énervé avec sa tendance à tout mettre sur le dos des autres. David est un héros amoureux comme on en rêve toute, coquin, intelligent, doux mais il est un peu trop carpette devant Helena.
Donc un avis mitigé pour ce livre que je relirai certainement car c’est quand même le genre de lecture que j’adore (leurs piques sont très bien trouvés).

Ma note : 3/5

51HIQlBuGVL._

Venetia, jeune veuve à la beauté exceptionnelle, décide de se venger du Duc de Lexington. Celui-ci l’a décrite comme une veuve noire et elle sait que sa réputation va en pâtir. Elle décide d’embarquer sur le même bateau que le duc et elle commence une entreprise de séduction pour lui piétiner le coeur et sa fierté.
Je n’ai pas accroché. L’intrigue m’a paru tirée par les cheveux. Elle arrive à le séduire alors qu’il ne voit pas son visage. Ils ont tout de suite une histoire torride. Trop d’invraisemblance pour moi. En plus, j’ai trouvé que c’était long et l’histoire ne m’a pas plus intéressée que ça.
Ma note : 2/5

Beautiful disaster de Jamie McGuire

41zOzFeKWtL._Sur le forum que je fréquente régulièrement, boulevard des passions, il y avait des critiques dithyrambiques sur ce livre. C’est donc avec joie que je me suis précipitée sur cette lecture. J’aime la littérature « young adult », je lui trouve une fraicheur et une façon d’aller droit au but qui me plaît  (en général).
Donc c’est avec délectation que j’ai commencé à lire ce livre. Je me suis retrouvée happée par cette histoire alors que je n’aimais pas tout les éléments de l’histoire mais je voulais tellement savoir comment allait évoluer la relation des deux héros que j’ai passé outre les éléments qui me déplaisaient. Abby est une jeune femme au caractère bien trempée que j’ai eu du mal à comprendre au début de l’histoire, qui s’installe dans une ville « calme » pour suivre ses études universitaires. Elle est fermement décidée à être discrète et suivre son cursus le plus calmement possible. C’est sans compter sur son amie America qui tombe amoureuse du cousin (et coloc) de la star de l’université. Celui-ci, Travis de son petit nom, s’étonne  que cette jeune femme en cardigan ne se mette pas à papillonner des yeux en le voyant et fasse tout pour le repousser. S’en suis des pics puis une amitié puis…..
C’est une histoire avec beaucoup de rebondissements, peut-être trop à mon goût, de la vraisemblance même si Travis est un peu caricatural, je n’ai eu aucun mal à l’imaginer ce personnage entier et passionné.
Les personnages secondaires sont bien campés et ont une vraie place dans l’histoire.
En résumé, je vous recommande cette lecture si vous voulez une histoire d’amour passionnée et un petit séjour dans une université américaine.

Ma note : 4/5

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année et premier livre de 2014

Déjà, bonne et heureuse année à vous tous et toutes. Que cette nouvelle année vous apporte ce que vous désirez, qu’elle vous garde en bonne santé et que vous trouviez plein de livres intéressants à lire 😉

Pour ma part, cette nouvelle année m’a vu en train de lire un aventure et passions (chose que je n’avais pas faite depuis mon burn out) et donc, je me devais de venir vous en parler !

Il s’agit de « Daniel Mackenzie, un sacré coquin ». Si on passe sur le fait que le titre est assez neuneu, je trouve, l’histoire est, elle, très bien.

51B+g7Rk9-L._SY445_
Daniel est le fils de Cameron que l’on a déjà rencontré dans « les pêchés de Lord Cameron » et un peu dans tout les tomes de la famille Mackenzie de Jennifer Ashley.
Daniel est adulte maintenant et il s’est calmé. Pas de trop pour qu’il reste un héros plus qu’intéressant, mais suffisamment pour faire des choix judicieux et avant gardiste. On le trouve en train de jouer au poker et de gagner face à un sombre personnage qui n’ayant pas d’argent, l’emmène voir un spectacle de spiritisme. Daniel tombe sous le charme de la fille de la supposée voyante en deux secondes et s’amuse à la mettre mal à l’aise pendant toute la séance. Violet, elle, essaye d’assister sa mère du mieux qu’elle peut avec un client pareil.

J’ai beaucoup aimé cette histoire car l’héroïne, Violet, est une jeune femme ayant souffert, qui a les pieds sur terre et qui essaye de se débrouiller le mieux possible pour vivre. Elle fait preuve d’ingéniosité, a de l’humour et de la répartie. Elle est attendrissante dans sa manière d’espérer sans oser de sa relation avec Daniel. Celui-ci est drôle, enjoué, têtu, passionné, tendre, bref, un héros comme je les aime.

Vous aurez compris que c’est un roman que j’ai beaucoup, beaucoup aimé et que je vous recommande chaudement.

Ma note : 5/5

Une héroïne flamboyante et un héros à se faire pâmer…

mais mal désservis par l’histoire.
Sophie est une jeune femme que l’on a déjà rencontré ici et dont j’avais hâte de lire l’histoire. Elle est jeune, belle, n’hésite pas à aller sur les balcons et les jardins, a refusé 22 demandes en mariage. Elle a connu la haine dans un couple, celui de ses parents et ne veut pas souffrir des agissements de son mari. C’est pour cela qu’elle décide d’épouser un homme qui ne parle que de chevaux, qui a déjà dit qu’il aurait une maîtresse et qu’elle est certaine ne pas aimer. Sauf que Patrick, le héros est fort tentant mais ce serait misé sur la fidélité et devoir lui faire confiance.
L’auteure a comme pour le premier tome de cette trilogie misé sur la mauvaise communication entre les deux héros ce qui débouche sur des situations où ils sont malheureux comme les pierres.
Un opus pas terrible mais que j’ai tout de même apprécié grâce à l’héroïne féministe avant l’heure.

Ma note : 3/5

C’est le tome 2 de « la trilogie des plaisirs ».

Pauvre homme…

Être aussi obtus, c’est un vrai handicap dans la vie. Le brave héros (comprenez : il est bien gentil…) a culbuté une inconnue dans les buissons lors d’un bal pas très bien fréquenté. Trois ans plus tard, il cherche à se marier et se met en tête de conquérir Charlotte Calverstill. Cette héroïne est trop parfaite (pas bon ça, comment voulez vous que j’ai de l’empathie pour une plus que parfaite !). Charlotte est une beauté foudroyante et intelligente qui s’est retrouvé compromise par un inconnu lors d’un bal où elle était légèrement grisée. Et là, et là, et là devinez qui à fait quoi avec qui ? (celui qui n’a pas la bonne réponse est prié de sortir).

A ce moment là de l’histoire, on peut regretter que l’héroïne n’est pas été plus acharnée à lui faire connaître la vérité. Mme James écrit très bien et arrive à habiller son histoire mais le constat est quand même là : si l’héroïne avait choppé dans un coin le héros et lui avait crié la vérité, on n’aurait pas eu 400 pages à lire. Et ça aurait évité au héros de se faire traiter de c*** et de trouver l’héroïne bien stupide d’être amoureux d’un homme pareil. Résultat, l’auteure s’est desservie car il n’y a aucun doute sur le fait que c’est une des auteures de romance qui écrit le mieux (je suis tout de suite embarquée dans ses histoires).
Ca reste très frustrant de ne pas avoir en une histoire sensée avec un talent pareil.
Cela ne m’empêche pas de lire la suite de cette romance !

Ma note : 4/5

Cette lecture rentre dans le challenge d’Enna pour la catégorie Phénomène météorologique  (Passion d’une nuit d‘été).

80010040_p

Petite remarque : J’ai décidé de ne plus mettre la quatrième de couverture, il y a tellement de résumé qui sont à côté de la plaque que pour le coup, je ne suis pas sûre que ça manque à quelqu’un. Toutefois, si cela vous manque, laisser un commentaire 😉