Meilleurs voeux pour cette nouvelle année et premier livre de 2014

Déjà, bonne et heureuse année à vous tous et toutes. Que cette nouvelle année vous apporte ce que vous désirez, qu’elle vous garde en bonne santé et que vous trouviez plein de livres intéressants à lire 😉

Pour ma part, cette nouvelle année m’a vu en train de lire un aventure et passions (chose que je n’avais pas faite depuis mon burn out) et donc, je me devais de venir vous en parler !

Il s’agit de « Daniel Mackenzie, un sacré coquin ». Si on passe sur le fait que le titre est assez neuneu, je trouve, l’histoire est, elle, très bien.

51B+g7Rk9-L._SY445_
Daniel est le fils de Cameron que l’on a déjà rencontré dans « les pêchés de Lord Cameron » et un peu dans tout les tomes de la famille Mackenzie de Jennifer Ashley.
Daniel est adulte maintenant et il s’est calmé. Pas de trop pour qu’il reste un héros plus qu’intéressant, mais suffisamment pour faire des choix judicieux et avant gardiste. On le trouve en train de jouer au poker et de gagner face à un sombre personnage qui n’ayant pas d’argent, l’emmène voir un spectacle de spiritisme. Daniel tombe sous le charme de la fille de la supposée voyante en deux secondes et s’amuse à la mettre mal à l’aise pendant toute la séance. Violet, elle, essaye d’assister sa mère du mieux qu’elle peut avec un client pareil.

J’ai beaucoup aimé cette histoire car l’héroïne, Violet, est une jeune femme ayant souffert, qui a les pieds sur terre et qui essaye de se débrouiller le mieux possible pour vivre. Elle fait preuve d’ingéniosité, a de l’humour et de la répartie. Elle est attendrissante dans sa manière d’espérer sans oser de sa relation avec Daniel. Celui-ci est drôle, enjoué, têtu, passionné, tendre, bref, un héros comme je les aime.

Vous aurez compris que c’est un roman que j’ai beaucoup, beaucoup aimé et que je vous recommande chaudement.

Ma note : 5/5

Sortez vos mouchoirs, mesdames. C’est tellement beau ….

Pour mon retour sur le blog, voici un article que je n’avais pas publié alors que c’est un des meilleurs aventures et passion que j’ai pu lire (honte à moi ! )

Ne me demandez pas pourquoi ça s’appelle les amants de Londres alors que presque toute l’histoire à lieu dans des domaines en périphérie mais bon, ne nous arrêtons pas à des détails.

Ainsley (ça m’a embrouillé du début à la fin ce prénom – pour cause) a eu un accident avec son meilleur ami, Walfort. consécutivement à cet accident, Walfort est devenu paraplégique. Il fait culpabiliser Ainsley (il serait responsable de l’accident) et lui demande de faire un enfant à sa femme. Celle-ci n’est pas du tout d’accord car elle déteste Ainsley. Il est responsable de tout ce gachis et paraît, en plus, ne pas se sentir coupable. Elle finit par céder sous la pression de son mari et part un mois avec Ainsley. Il s’avère qu’Ainsley est un homme tendre et attentionné qui fait beaucoup d’effort pour essayer de se faire pardonner. Jayne est une jeune femme courageuse et dévouée qui rêve d’être mère et qui a vu sa vie s’effondrer consécutivement à une beuverie de son mari et de son ami. Elle se résout à suivre cet homme qu’elle déteste et elle se retrouve à vivre une parenthèse enchantée mais tellement culpabilisante.
Je ne vous raconterais pas la suite sinon ce serait spoiler mais sachez que l’histoire est loin d’être finie et qu’il va y avoir des rebondissements aussi bien au niveau des héros que des personnages secondaires. J’ai passé un très agréable moment avec ces héros qui sont émouvants et courageux.  J’ai eu presque les larmes aux yeux par moment et tempêté à d’autres (mais je ne dirai rien….).

Bref, si vous aimez les déchaînements de grands sentiments tout en délicatesse et rouspétez après les enfoi**s  l’injustice, ce livre est pour vous !

Ma note : 5/5 (mais je pense arrêter de noter car je trouve qu’il y a trop de 5/5 sur ce blog- je dois être trop indulgente).

Rick, Dan, Cameron et les autres

Autant le tome 5 était pépère, autant celui-ci est musclé.
Rick, jeune homme bien connu depuis le tome 1 est parti sur le front. Tout le monde se fait du souci à Virgin River pour ce jeune homme et a raison…
De plus, Dan Brady réapparaît. C’était le mystérieux personnage qui avait fait des apparitions dans les autres tomes. C’est un ancien marine (comme c’est étonnant 😉 ). Dan n’est pas un personnage qui a le profil du héros de romance. C’est un ancien détenu, il est très mystérieux, ne semble pas motivé par grand chose.
Il rencontre Cheryl qui est l’ancienne poivrote de la ville. J’ai beaucoup aimé leur relation car elle est très « réelle ». Je m’explique, il n’y a pas de revirement spectaculaire et de grandes déclarations d’amour. C’est juste l’évolution des deux personnes ayant eu de gros problème et qui sont extrêmement prudents car fragiles.
On retrouve également Cameron et Abby dont l’histoire avait débutée dans le tome 5.
Cameron est toujours aussi craquant (vocabulaire digne d’une adolescente). L’évolution de leur relation est jolie et ramène quelque chose de joyeux dans ce tome qui est tout de même pas mal sombre du fait de l’histoire de Rick.
Ce livre est un bon cru de Virgin River. Il permet de mieux comprendre les difficultés que rencontrent les blessés de guerre et la difficulté de les accompagner.
Amatrice de saga, c’est pour vous !

Ma note : 5/5

Mademoiselle la curieuse de Julia Quinn

Quatrième de couverture :

Ex-soldat, sir Harry Valentine se cantonne désormais à des travaux de traduction pour le ministère de la Défense, jusqu’à
ce qu’on lui confie une mission inattendue : le prince Alexei, soupçonné d’être un espion bonapartiste, courtise depuis peu
lady Olivia Bevelstoke, la voisine de Harry. II faut absolument contrecarrer cette idylle. Par pur patriotisme, Harry accepte de
jouer les prétendants auprès de cette petite peste qui l’épie derrière les rideaux de sa chambre. Mais lorsqu’il se retrouve
dans le rôle du rival face au fringuant Russe, il découvre tout à coup que sa jalousie est bien réelle !

Ma lecture :

J’ai adoré cette lecture. Je l’ai trouvé pleine de tendresse et de complicité. Olivia est une jeune femme qui est pleine de vivacité et d’imagination et elle espionne son voisin pour savoir si la rumeur qui circule peut être vraie. Il aurait tuer sa fiancée !
Harry est un jeune homme qui adore traduire des textes en russe, étudier et il s’amuse du manège de sa voisine qui se croit discrète.
J’ai autant aimé le personnage de Harry, intelligent, simple, cartésien que celui d’Olivia, qui aimerait que l’on arrête de la considérer comme une poupée et qu’on s’intéresse à ce qu’elle a dans la tête.
L’histoire n’est pas follement originale mais elle est pétillante et délicieuse (ce que j’utiliserai comme qualificatif pour la plupart des livres de cette auteure).

J’ai passé un très bon moment de lecture et j’ai souri de nombreuses fois.

Ma note : 4/5

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les péchés de Lord Cameron de Jennifer Ashley

Quatrième de couverture :

Dame d’honneur, Ainsley Douglas est chargée de récupérer  des lettres compromettantes pour la reine. Pour mener à bien
sa mission, elle doit fouiller la chambre de lord Cameron  Mackenzie, un Ecossais au charme redoutable qui, l’ayant
surprise, décide sans le moindre scrupule de la mettre dans son lit. Commence alors un jeu grisant du chat et de la souris.
Ainsley a beau défendre sa vertu, Cameron est irrésistible. Et dangereux. On dit que son épouse s’est tranché la gorge, mais
ne l’aurait-il pas plutôt tuée de ses propres mains ?

Ma lecture :

C’est la suite des aventures des frères MacKenzie. Cameron est un sauvage, un rustre qui n’aime que les chevaux, boire, jouer et s’occuper de son fils.
Il y a 6 ans, il a surpris Ainsley Douglas  dans sa chambre en train de lui voler des bijoux. Il voulait en faire sa maîtressse mais elle s’était enfuie. Il la retrouve six ans après dans la même situation et décide qu’il ne la laissera pas s’échapper cette fois-ci.
J’ai beaucoup aimé cette histoire car Cameron est pas du tout mon genre de héros (je l’imagine assez moche même) mais il m’est profondément sympathique. J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce héros qui cache un gros traumatisme et qui croise une jeune femme qui est un vrai baume pour ses blessures. Ainsley m’a tout de suite été sympathique par sa droiture, son absence de chichis, son amour des pâtisseries et la grande tolérance qu’elle a pour les gens en général.
Daniel, le fils de Cameron, est attendrissant .

C’est une histoire qui se lit très bien.

Ma note : 4/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

La chronique des Bridgerton tome 7 : Hyacynthe de Julia Quinn

Quatrième de couverture :

Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, l’une des meilleures familles du Londres dans les années 1920, est-elle destinée au célibat ? Trop fine mouche, trop directe, la jeune fille n’a rien de l’héritière effacée qu’attendent les hommes de la bonne société. Pourtant ce n’est pas une raison pour finir vieille fille ! Certes, quand Gareth Saint-Clair, un aristocrate à la réputation douteuse, croise son chemin, on est loin du coup de foudre. Mais la traduction, à quatre mains, d’un journal intime écrit en italien va jouer un rôle qui n’était pas du tout prévu…

Ma lecture :
Bon, ce n’est pas le meilleur opus de cette saga.
Hyacinthe est un personnage très attachant. C’est l’enfant turbulent de cette famille, la chipie avec toujours les remarques qui font mouche dont on a pu se régaler dans les autres tomes.
Hyacinthe est une grande amie de Lady Danbury (que l’on connaît si on a lu « Comment épouser un marquis ? ») et celle-ci essaye de la caser avec son petit-fils (qui n’est pas riche – à noter tout de même car ça détonne par rapport aux autres héros) mais il est plein de charme et ne s’effraye pas du caractère « rentre dedans » de notre héroïne.
Bon après, vous ajoutez un journal intime à traduire, un conflit familial et vous avez le livre. Il ne brille pas par son originalité  mais les dialogues sont toujours aussi plaisants et la présence régulière de Lady Danbury et de Violet Bridgerton est savoureuse.
Ma note : 3/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’épouse de Lord MacKenzie de Jennifer Ashley

Quatrième de couverture :

A dix-huit ans, Isabella a bravé l’autorité parentale pour épouser lord Mackenzie, peintre passionné dont elle est devenue la muse. Pourtant, lasse des libations exagérées de son mari, elle a fini par le quitter. Trois ans plus tard, elle revient vers Mac pour l’avertir qu’un inconnu vend des toiles sous son nom. S’il prend l’affaire à la légère, Mac ne cache pas à Isabella qu’il est prêt à tout pour la reconquérir. Mais, lorsque le mystérieux faussaire sort de l’ombre pour s’en prendre à elle, Mac réalise qu’il pourrait bien la perdre une fois encore et, cette fois, pour toujours…

Ma lecture :

Ce tome est le second tome de cette saga.
Bon, je le dis d’office, je l’ai moins aimé que le premier et le troisième. J’aime l’histoire un peu torturée de cette famille et le caractère sombre de ces héros. Malgré le fait que c’est quand même pas des petits traumatismes-le père était un fou furieux – ce qui heurte mon petit coeur fragile qui cherche une romance intéressante avec des héros merveilleux qui cherchent le salut dans le mariage pour panser leur coeur blessé mais pas trop sinon ça me rend triste. Oui, je sais, c’est pas simple comme cahier des charges.
Dans ce tome, c’est l’histoire de Mac, l’artiste, qui est narrée et de sa femme dont il s’est séparé pour une cause mystérieuse.

Cette histoire raconte les difficultés rencontrées pour se remettre en couple une fois la confiance abimée, comment continuer après un traumatisme, les difficultés pour créer… Bref, c’est pas joyeux, c’est pas drôle mais c’est d’une grande humanité. Les réactions et les souffrances sont tellement bien retranscrites que j’y adhérais : les difficultés du sevrage en alcool, de la séparation… C’est ce qui fait tout l’intérêt et la « patte » de cette auteure.
Il faut quand même dire qu’il y en a des choses qui se passent avec ces kilts. Je n’en reviens pas qu’on puisse rendre sexy ce vêtement 😉
Bref, ce tome est une agréable transition entre le premier et le troisième.

Ma note : 3/5

Rendez-vous sur Hellocoton !