Toi et Moi de Kirstin Higgins

Quatrième de couverture :

Ça y est, Harper est décidée à se marier. Le temps passe et puis ça fait deux ans qu’elle sort avec Dennis, il faut bien finir par se caser. L’amour ? Non merci ! Elle a déjà donné. Et quand le divorce des autres est votre métier, on ne croit plus à ces sornettes. Il n’y a que sa soeur qui ose encore, malgré deux échecs manifestes. D’ailleurs Willa vient d’annoncer son troisième mariage. Nick sera présent à la cérémonie, bien sûr. Nick, l’ex-mari de Harper. Enfin, la page est tournée, il n’y a donc aucun problème à le croiser le temps d’un week-end.

Ma lecture :

J’ai beaucoup aimé cette lecture. J’ai été happée par ce récit.
Harper est une jeune femme qui se bat. On sent qu’elle ne s’accorde aucun moyen de lâcher prise. Elle est en couple avec Denis, un bon gars quoi. Il est beau, gentil et aimable. Il est bien gentil surtout. C’est tout dire, car Harper est un requin. Elle est avocate spécialisée dans les divorces et a beaucoup de mal à croire dans la pérennité des couples. Elle croit en l’amour, en tout cas elle sait ce qu’est la passion et l’impression d’avoir rencontré l’âme soeur. Son âme soeur, c’est Nick, son ex-mari. Il va falloir qu’elle revoit Nick car il est le témoin du futur mari de sa soeur. Elle appréhende drôlement cette rencontre car elle sent que ce ne sera pas anodin.
Ce que j’ai aimé, c’est que l’histoire est plus vraie que nature. On comprend l’histoire d’Harper vu son passé. On comprend comment cette histoire a pu avoir lieu. L’histoire est teintée d’humour et Harper a beau vouloir faire sa dure à cuire, j’ai souri mainte fois à sa vision de la vie et aux situations où elle se retrouve. C’est une belle histoire qui a pour mérite de montrer que les histoires d’amour ne se terminent pas au mariage et au « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfant ». Bah non. Les blessures de l’enfance, les handicaps qu’elles ont laissé peuvent empêcher un mariage de durer. Ce livre montre la maturité qui s’acquière et que rien n’est jamais définitif.

C’est un livre qui est très intéressant à lire en restant très divertissant et j’aime l’humour et le ton de l’auteure. Je vais guetter ses autres futures parutions.

Ma note : 5/5

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Le coeur cousu de Carole Martinez

Quatrième de couverture :

Dans un village du sud de l’Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse… Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s’initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs, elle est condamnée à l’errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d’enfants, eux aussi pourvus – ou accablés – de dons surnaturels. Carole Martinez construit son roman en forme de conte: les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d’imaginer. Le merveilleux ici n’est jamais forcé: il s’inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

Pourquoi ce livre ?

Il m’avait été recommandé par une collègue et remplissait la case M de ma liste du challenge ABC.

Ma lecture :

Pour moi, ce livre est la quintessence de la littérature hispanique.

Frasquita est une femme ayant reçu un don, elle a de la magie dans ses aiguilles.

Elle est marié à un homme s’occupant peu d’elle et a des enfants ayant tous une particularité extraordinaires. La vie de cette femme courageuse nous est racontée, sous le soleil de plomb espagnol. J’ai partagé ses peurs, ses attentes, j’ai été éblouie par le travail de son aiguille, j’ai été également effrayé par les épreuves qu’elle a rencontré.

Ce livre est un conte, c’est un ciel de nuit étoilé avec toute la magie et la beauté que celui-ci peut inspirer.

Ma note : 5/5

Elles en ont parlées : Leiloona, Argantel, aBeIlLe, Stephie, lillounette, Blog-o-book

Critiques et infos sur Babelio.com

Avril enchanté d’Elizabeth Von Arnim

Quatrième de couverture :

Deux jeunes Londonniennes, Mrs. Wilkins et Mrs. Arbuthnot, décident, un jour de pluie trop sale et d’autobus trop bondés, de répondre à une petite annonce du Times proposant un château à louer pour le mois d’avril sur la Riviera. En cachette de leurs maris, elles cassent leurs tirelires et trouvent deux autres partenaires pour partager les frais du séjour : l’aristocratique et très belle Lady Caroline Dester, qui veut fuir ses trop nombreux soupirants, et la vieille Mrs. Fisher, à la recherche d’un lieu paisible. Les brillants dialogues, la drôlerie constante des situations et des personnages qui rappellent Noel Coward ou le meilleur Wodehouse, réussissent par une sorte de pudeur à faire presque oublier que ce roman exempt de gravité est aussi un des plus beaux textes que la littérature du XXe siècle ait consacrés à l’Italie.

Pourquoi ce livre ?

On en parlait beaucoup sur Whoopsy Daisy et j’ai eu envie de le lire.

Ma lecture :

Deux femmes se rencontrent. L’une est une grenouille de bénitier travaillant pour le paradis et les pauvres sur terre, l’autre, timide est  introverti avec un mari qui  n’est pas aimable. Elles se rendent compte qu’elles rêvent sur la même annonce de journal faisant la description de vacances paradisiaques dans un château en Italie.
Mais les frais s’avèrent trop chers et il leur faut trouver deux autres locataires.
Elles rencontrent une vieille dame, d’un naturel peu amène et ayant un passé lui permettant de la distraire du temps présent, et une jeune femme qui fuit un monde la harcelant  car elle est trop jolie et trop aimable.
Ces femmes cohabitent avec des préoccupations différentes, l’une réfléchissant à son amour perdu, la seconde transformée par le  climat méditerranéen, etc.

Ce livre m’a paru long à lire. Les descriptions de l’Italie étaient jolies mais en parallèle les personnages ont mis du temps à se dévoiler ce qui m’a laissé assez rapidement.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Lotty, personnage transformée par ce voyage, devenue vive et originale. C’est la seule chose que je garderai de ce livre, ce portrait d’une femme bien sympathique.

Ma note : 3/5